Le "conseiller stratégique" gagne 600.000 euros par an

Daniel Weekers: "Nethys est une entreprise privée et je n’ai pas à donner le montant de mon salaire." ©wim kempenaers (wkb)

Daniel Weekers, le directeur de la stratégie de Nethys, touche "50.000 euros par mois pour 10 heures de boulot par semaine", nous dit un fin connaisseur de l’entreprise. Ces émoluments sont deux fois supérieurs à ceux du Premier ministre...

C’est l’hallali, le cor de chasse a retenti. Longtemps intouchable, le CEO de Nethys, bourgmestre socialiste de Ans, a été, au cours de la même journée, harponné plusieurs fois, notamment par deux des plus hauts dirigeants socialistes – Elio Di Rupo et Laurette Onkelinx. Mais à l’intérieur de l’empire Nethys/Publifin, le vent tourne, également. Il apparaît en effet que les lieutenants du patron Stéphane Moreau, ses proches, ne se gênent plus pour se tirer dans les pattes. Et pour faire circuler des fiches de paye…

Combien de mandats les élus de votre commune détiennent-ils ?

Les élus sont tenus de déposer une liste de tous leurs mandats (rémunérés ou non) à la Cour des comptes. Ces listes sont rendues publiques chaque année au mois d'août. L’Echo vous propose d’identifier sur ce graphique (sur base des listes les plus récentes) les bourgmestres et les échevins qui cumulent leur statut d’élu avec d’autres fonctions. La commune de Bruges est la championne en la matière. Mais qu’en est-il dans votre commune?

C’est que la question des rémunérations des dirigeants au sein de l’entreprise – dont plus personne ne sait si elle est publique, privée ou son contraire… – est une des questions les plus sensibles. Si le salaire du numéro 1 Stéphane Moreau est encore inconnu, des documents obtenus par L’Echo pointent la rémunération de Daniel Weekers, directeur de la stratégie chez Nethys, à hauteur de 600.000 euros/an. Ce salaire est payé via une société, entre autres, afin de diminuer la charge d’impôts. "La rétribution annuelle (…) en tant que conseiller: 600.000 euros (hors TVA) plus des frais de véhicule justifiés à concurrence d’un montant annuel maximal de 30.000 euros (hors TVA) et des autres frais professionnels (dûment justifiés) à concurrence d’un montant annuel maximal de 59.500 euros (hors TVA)", peut-on lire dans un protocole d’accord entre Daniel Weekers, Stéphane Moraux et André Gilles (président). Dans ce document, il est également établi que le conseiller doit remettre un rapport au CEO (Moreau) cinq fois par an.

"Dire que je ne fais rien de mes journées, c’est totalement faux."
daniel weekers
nethys

Ces émoluments, deux fois supérieurs à ceux du Premier ministre, sont confirmés par une source industrielle. "Daniel Weekers touche 50.000 euros par mois pour 10 heures de boulot par semaine", dit un fin connaisseur de l’entreprise Nethys. Les dirigeants d’entreprises publiques au Fédéral sont eux plafonnés à 290.000 euros/an. Un autre source indique: "Weekers touche 600000 euros par an alors que son apport n’est pas énorme". Bref, ambiance dans la galaxie Nethys.

©wim kempenaers (wkb)

Interrogé sur son salaire de 600.000 euros annuel, Daniel Weekers a refusé de commenter ce montant. "Nethys est une entreprise privée et je n’ai pas à donner le montant de mon salaire. Mais je vous signale que je suis également administrateur de Be tv, et que dire que je ne fais rien de mes journées est faux: je travaille d’arrache-pied, je n’ai absolument pas à rougir de cela!", indique Daniel Weekers.

Le salaire de Stéphane Moreau demeure cependant inconnu; le chiffre de 588.000 euros/an a déjà été avancé ça et là mais – à la lumière du salaire de Daniel Weekers – ce chiffre apparaît fort bas. Le CEO de Nethys Stéphane Moreau gagnerait-il moins que son conseiller stratégique Daniel Weekers? Décidément, pour 600 briques, t’as plus rien.

Des rémunérations fixes dans les conseils

Alors que les rémunérations fixes sont fustigées chez Publifin, certaines entreprises publiques liées au fédéral fonctionnent aussi avec des administrateurs qui perçoivent des salaires fixes. Ainsi chez Belgocontrol, le contrôleur aérien, les 8 administrateurs ont-ils chacun touché 15.000 euros bruts qu’ils viennent ou pas aux réunions.

Le président Renaud Lorand (PS) a, lui, touché 70.000 euros bruts de salaire fixe. À côté de cela, il y a des jetons de présence (371 euros) pour chaque séance des comités spéciaux. à la Loterie nationale, les administrateurs perçoivent un salaire fixe de 1.250 euros/mois tandis que le président (Olivier Alsteens, MR) touche 2.500 euros de salaire fixe mensuel. À la SNCB également, les administrateurs touchent une partie de leur salaire en "fixe". "C’est un mode de paiement très commun aux entreprises du Bel 20", dit-on dans les rangs du gouvernement fédéral.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content