De Bue s'oppose fermement au retour de Gilles et Drion dans la galaxie Publifin

Valérie De Bue ©BELGA

On les croyait balayés par le scandale Publifin, sur la touche pour un moment. Il n'en est rien. André Gilles (ex-PS) et Dominique Drion (ex-cdH) sont de retour chez Publipart, filiale de Publifin. Et cela, la ministre des Pouvoirs locaux Valérie De Bue n'en veut pas.

Le retour aux affaires d'André Gilles (ex-PS) et de Dominique Drion (ex-cdH), tous deux nommés au conseil d'administration de Publipart après avoir été emportés par le scandale Publifin, continue de faire des remous. Ce mardi, c'est la ministre wallonne des Pouvoirs locaux, Valérie de Bue, qui a ainsi "instamment" demandé aux administrateurs de Publifin de prendre leurs responsabilités, dénonçant "une forme d'hypocrisie" dans un dossier où chacun semble, depuis 3 jours, se renvoyer la balle.

"Je suis indignée de constater qu'au sein du groupe, il subsiste un blocage aux nécessaires évolutions."
Valérie De Bue

Elle a par ailleurs assuré qu'elle rejettera toute composition du conseil d'administration de Publilec qui présentera des personnes impliquées dans le scandale Publifin. "Je suis indignée de constater qu'au sein du groupe, il subsiste un blocage aux nécessaires évolutions, et surtout que des administrateurs et managers en charge puissent admettre, sans autre réaction, que des décisions importantes prises dans des structures faisant partie intégrante du groupe, leur échappent totalement", a déploré Valérie De Bue.

"Le décret gouvernance rétablit chacun des protagonistes dans sa sphère de compétences. Aujourd'hui, le conseil d'administration de Publifin est en mesure de demander des comptes à Nethys et à ses filiales, et de s'opposer à de telles désignations. Je ne comprendrais pas que les administrateurs continuent à subir de telles décisions et ne les remettent pas en question. Je ne comprendrais pas non plus qu'ils ne se décident pas à simplifier drastiquement la structuration du groupe", ajoute la ministre.

Ces deux hommes ont toutefois été désignés par Stéphane Moreau, toujours aux commandes malgré les affaires.

Celle-ci appelle dès lors les administrateurs à assumer sans délai les responsabilités incombant à leur mandat "en se donnant la capacité d'être informés de l'ensemble des actions, en commençant par les désignations, au sein du groupe; en avançant dans sa réorganisation afin de mettre un terme à sa structuration ultra-complexe et enfin en révoquant les décisions de désignation litigieuses".

Ces deux hommes ont toutefois été désignés par Stéphane Moreau, toujours aux commandes malgré les affaires, et pour lequel les responsables politiques n'ont pas été capables de trouver une solution après l'éclatement du scandale.

Treize anciens des comités de secteur candidats aux communales

Treize des 25 anciens membres des comités de secteur de Publifin seront candidats aux élections communales du 14 octobre prochain, selon les informations de La Libre publiées ce mardi. Douze anciens membres ne se présentent pas, principalement les membres les moins assidus aux réunions des comités à l'origine du scandale en 2017.

L'affaire Publifin avait démarré avec la mise au jour de trois comités de secteur (Énergie, Sous-secteur Liège-Ville et Telecom), composés de 25 mandataires. Ces comités particulièrement rémunérateurs avaient pourtant une utilité toute relative, était-il ressorti de la commission d'enquête parlementaire du Parlement wallon.

Serge Manzato ©BELGA

Certains mandataires ne se rendaient pratiquement pas aux réunions des comités de secteur, tout en continuant à bénéficier de leur rémunération. Il leur a été demandé de rembourser les sommes indûment touchées, ce que la plupart des mandataires ont fait, à l'exception de Serge Manzato (PS) et Anne Delvaux (cdH).

Deux ans plus tard, les candidats avec les taux de présence les plus faibles aux comités ont renoncé à se présenter aux élections locales. Une exception: Serge Manzato, bourgmestre d'Engis qui se représente pour un nouveau mandat.

Les treize anciens membres qui solliciteront la confiance des électeurs sont: Valérie Dejardin (PS-Limbourg), Eric Vanbrabant (PS-Seraing), Mohammed Bougnouch (PS-Liège), Jean-Paul Bonjean (PS-Liège), Pierre Gilissen (MR-Liège), Jean-Pierre Goffin (PS-Liège), Giuseppe Maniglia (PS-Liège), Luc Delvaux (MR-Sprimont), Fabrice Drèze (MR-Liège), Stéphane Linotte (MR-Fléron) et Serge Manzato (PS-Engis). Par ailleurs, Vinciane Pirmolin (CDH) sera candidate à Grâce-Hollogne et à la province de Liège et André Stein (MR-Liège) sera candidat à la province.

Lire également

Publicité
Publicité