L'homme qui a révélé le scandale Publifin tourne le dos au cdH

©BELGAIMAGE

L'échevin d'Olne Cédric Halin, dont les révélations sur les rémunérations des membres des comités de secteur de Publifin ont fait éclater le scandale lié à l'intercommunale il y a un an, ne s'apparentera plus à aucun parti s'il se présente aux prochaines élections communales.

C'est celui qui a révélé le scandale Publifin il y a un an. Avec ses révélations sur les rémunérations extravagantes que recevaient des hommes et femmes politiques pour des réunions auxquelles ils n'assistaient pas, l'échevin d'Olne Cédric Halin a jeté un sacré pavé dans la marre. Peut-être le plus gros de ces dix dernières années. Auront alors suivi les scandales de l'ISPPC à Charleroi et du Samusocial à Bruxelles. Aujourd'hui, c'est au Siamu (les sapeurs-pompiers bruxellois) que l'on s'intéresse.

Quoi qu'il en soit, s'il devait se présenter aux prochaines élections communales, Cédric Halin ne s'apparentera plus à aucun parti, lui qui était jusqu'ici étiqueté cdH. C'est ce qu'il a indiqué ce vendredi sur les ondes de la RTBF. "Je me reconnais de moins en moins dans le cdH", notamment en raison de "ce qu'il s'est passé à Liège avec Dominique Drion par exemple", a-t-il indiqué.

Dominique Drion ©BELGA

Dominique Drion, ex-vice-président cdH de Publifin et Nethys où il dirigeait aussi le comité de rémunération, présidait également le comité de déontologie du cdH avant d'en démissionner en janvier dernier.

Mais "l'on n'a appris que onze mois plus tard qu'il s'en allait" du parti, a fait observer Cédric Halin. Drion n'a annoncé sa démission du cdH qu'il y a dix jours à peine. "J'ai une sympathie pour les thèses du cdH, mais vu le cirque que j'ai vécu, je ne me retrouve plus dans un certain nombre de choses, je ne m'apparenterai plus à aucun parti politique", a ajouté l'échevin.

Il confesse aussi avoir souffert de l'exposition médiatique. "Si c'était à refaire, je ne m'exposerais plus, je le ferais de manière anonyme. Je ne suis pas un politicien professionnel, j'ai un métier, je m'implique dans ma commune, je n'ai pas envie de jouer un rôle au-delà".

"J'ai une sympathie pour les thèses du cdH, mais vu le cirque que j'ai vécu, je ne me retrouve plus dans un certain nombre de choses."
Cédric Halin

Le lanceur d'alerte juge que l'assemblée générale que le groupe Publifin a tenue ce jeudi n'a pas permis d'apprendre grand chose. Il a pointé du doigt la faiblesse des remboursements, par les ex-membres des comités de secteur, de leurs rémunérations perçues dans ce cadre: "28 à 30%" du total des rémunérations versées.

Aux yeux de Cédric Halin, les décisions sur la réforme de la structure du groupe sont "cadenassées" par le comité de direction de Nethys. En outre, des administrateurs de Publifin tels que la bourgmestre de Verviers Muriel Targnion (PS) ou le bourgmestre de Bassenge Josly Piette (cdH) restent sous la coupe de Stéphane Moreau via des investissements que ce dernier effectue dans leurs communes, notamment via le producteur d'énergie Elicio, filiale de Nethys.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content