Le C4 de Stéphane Moreau? Pas pour tout de suite...

Stéphane Moreau ©Photo News

La démission du président de Publifin Paul-Emile Mottard (PS) libère un siège d’administrateur chez Publifin/Finanpart. Ils ne seront plus que 11 lors de la réunion de ce lundi soir qui devrait ramener une certaine sérénité dans le dossier.

Après la surenchère dans les déclarations politiques de ces derniers jours dans le dossier Publifin/Nethys, la sérénité devrait revenir dans les débats lors de la réunion du conseil d’administration de Finanpart, la filiale financière de Publifin. Elle est dotée du statut de Société anonyme et contrôle Nethys.

Selon nos informations, les administrateurs ne devraient prendre aucune décision sur la situation de l’administrateur-délégué de Nethys Stéphane Moreau dont la démission ou le licenciement a été réclamé par des représentants des partis politiques (cdH, Ecolo) au conseil d’administration (CA) de Publifin.

Lors du CA de ce lundi soir, les administrateurs pourraient évoquer la situation de Stéphane Moreau et éventuellement celle d’autres membres du management, mais aucune décision ne sera prise sur leur sort. Car, soutiennent plusieurs sources proches du dossier, il ne faudrait pas aller plus vite que la musique.

Moreau en sursis jusque fin mars

Publifin devrait se donner jusque fin mars pour faire le ménage, selon Le Soir. Le dirigeant controversé du groupe Publifin/Nethys restera en place à l'issue de cette réunion, selon un consensus dégagé durant le week-end entre les ténors liégeois du PS (Jean-Claude Marcourt), du MR (Daniel Bacquelaine) et du CDH (Alda Greoli). "On peut tenir avec ça jusqu'au 31 mars", rapportent des sources.

"La vraie question n'est pas de savoir si Stéphane Moreau doit rester ou pas. C'est de savoir s'il est indispensable au fonctionnement du groupe tel qu'il sera redéfini."
Jean-Claude Jadot
Administrateur MR

D'ici fin mars, le milieu s'engage à boucler la réflexion stratégique visant à redéfinir le périmètre du nouveau groupe Publifin: les activités à maintenir, celles qu'il faut céder. Et en menant une réflexion parallèle sur l'avenir du management. "Stéphane Moreau doit quitter le groupe mais ça n'arrivera pas ce lundi soir, il faut d'abord voir quel va être le nouveau périmètre de Nethys (la filiale opérationnelle du groupe, NDLR)", commente Pierre Erler, administrateur CDH. "La vraie question n'est pas de savoir si Stéphane Moreau doit rester ou pas. C'est de savoir s'il est indispensable au fonctionnement du groupe tel qu'il sera redéfini", conclut Jean-Claude Jadot, administrateur MR.

L'autonomisation de Resa

Le CA du jour, qui commencera à 19h devrait confirmer l’autonomisation de Resa, la filiale de Nethys qui remplit les missions de Gestionnaire de réseaux de distribution (GRD) d’énergie (électricité gaz). Les administrateurs prendront aussi acte de la volonté des autorités wallonnes de limiter la rémunération des dirigeants d’intercommunales ou d’entreprises à capitaux wallons à 245.000 euros, mais aucune décision ne devrait pas non plus être prise à ce sujet dans la mesure où le décret n’est pas encore d’application.

Le but est de ne pas créer une insécurité juridique d’autant plus que le texte limitant les rémunérations risque d’être attaqué devant le conseil d’Etat. De plus, la question de son application à des contrats de dirigeants en cours est également posée, car des observateurs se demandent comment va-t-on procéder pour casser ces contrats?

"On vit dans un Etat de droit et pas dans un pays communiste."
Juriste spécialiste du droit social

Avec ou sans indemnités pour les concernés? "On vit dans un Etat de droit et pas dans un pays communiste", nous a confié un juriste spécialiste du droit social. "Nous sommes dans le cadre de la recherche d’une solution globale et nous essayons d’aller vite. Elle passera par la délimitation du nouveau périmètre d’activité du groupe et il faudra décider à ce moment quel management il faut pour piloter l’entreprise. Je n’ai jamais considéré que la démission d’untel ou untel est la solution à tous problème", nous a confié Fabian Culot (MR), administrateur de Publifin/Finanpart.

Le CA de Finanpart se réunira à 11 membres au lieu de 12 (6 PS, 3 MR, 2 cdH, 1 Ecolo) . Celui-ci est composé des mêmes administrateurs de Publifin, à l’exception du représentant du Parti populaire (PP), le Verviétois Bruno Berrendorf. Mais comme Paul-Emile Mottard (PS) a démissionné de son mandat de président et d’administrateur de Publifin, il y a donc un représentant du PS en moins au CA de la filiale financière.

C’est le conseil provincial qui doit pourvoir au remplacement de Paul-Emile Mottard en tant qu’administrateur. La désignation du nouvel administrateur PS pourrait intervenir jeudi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content