Le ministre Dermagne remet en cause l'impartialité du consultant BDO

Pierre-Yves Dermagne ©BELGA

Pour le ministre wallon des Pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne (PS), l'impartialité des experts de BDO est loin d'être avérée.

Interpellé au Parlement wallon ce mercredi après-midi suite à la publication par la présidente du conseil d’administration d’Enodia des deux rapports transmis par les experts de BDO et du cabinet d’avocat Matray, le ministre wallon des Pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne (PS) s’est montré très sceptique.

"Les consultants avec lesquels nous travaillons sont indépendants et n’ont aucun lien avec les différents intervenants du dossier, ce qui ne semble pas être le cas des experts d’Enodia."
Pierre-Yves Dermagne
Ministre wallon des Pouvoirs locaux

Pour rappel, ces deux rapports devaient éclairer les administrateurs d’Enodia sur la légalité et la valorisation de la vente en mai de ses trois filiales Voo, Elicio et Win. Or, tant selon BDO que Matray, il n’y aurait pas d'irrégularité dans les opérations. Prudent, le ministre temporise aujourd’hui ces conclusions. "J’ai vu les documents transmis par la présidente du conseil d’administration d’Enodia.  Je n’ai pas retrouvé dans ces documents les conclusions de nos experts indépendants avec lesquels nous avons travaillé. Des compléments d’information ont d’ailleurs été demandés par le conseil d’administration d’Enodia."

Perplexe sur ces deux rapports, Pierre-Yves Dermagne va jusqu’à s’interroger sur l’impartialité des experts. "Les consultants avec lesquels nous travaillons sont indépendants et n’ont aucun lien avec les différents intervenants du dossier, ce qui ne semble pas être le cas des experts d’Enodia", estime le ministre.

Cette remise en cause touche en particulier BDO. Le consultant qui a été chargé d’analyser la valorisation des trois filiales (VOO, Elicio et Win) mises en vente par Nethys est également le réviseur de l’entreprise pharmaceutique Mithra. A la tête de cette entreprise, on trouve François Fornieri. Ce dernier n’est évidemment pas un inconnu dans le dossier Nethys. Administrateur chez Nethys, il est l’acquéreur de Win et Elicio. Bref, si on analyse les propos du ministre, cette situation remet en cause l’impartialité des conclusions rédigées par BDO. A voir…

Lire également

Publicité
Publicité