Les méthodes du président de Publifin en question

André Gilles (à gauche), président du conseil d'administration de Publifin. ©ASO/B.Bade

La co-présidente d'Ecolo, Zakia Khattabi, dénonce les méthodes "dictatoriales" du président de Publifin, André Gilles. De son côté, le cdH annonce qu'il pourrait rejoindre le MR et Ecolo, qui demandent avec insistance la création d'une commission d'enquête parlementaire sur le dossier Publifin.

La co-présidente d'Ecolo, Zakia Khattabi, a qualifié dimanche les méthodes du président de Publifin, André Gilles, de "dictatoriales" et fait état de menaces proférées par celui-ci à l'égard de certains administrateurs écologistes. "Je qualifierais ces méthodes de dictatoriales. Il est arrivé qu'il menace certains de mes administrateurs... Par exemple, lors du dernier conseil d'administration lorsqu'il s'est agi de sortir un communiqué où mes propres administrateurs étaient amenés à se dédire et qu'ils n'ont pas voulu, André Gilles leur a dit qu'il trouverait bien quelque chose à sortir sur eux aussi. La réalité de ce CA, elle est celle-là", a affirmé Zakia Khattabi interrogée par les auditeurs de Bel RTL, dans le cadre de l'émission "l'invité. 

Pour la cheffe de file Ecolo, ce mode de gouvernance est "dictatorial... C'est ça le mode de gouvernance de Publifin... et d'ailleurs Marc Hody -NDLR: administrateur Ecolo - a posé des questions et comme il n'a pas eu de réponses, vous vous rendez compte qu'il a fait appel à un avocat? ... C'était ça l'ambiance du conseil d'administration chez Publifin", a conclu Zakia Khattabi. 

La direction générale de Publifin a fermement démenti dimanche soir ces propos qu'elle juge "calomnieux et diffamatoires". "Aucune menace n'a jamais été proférée à l'égard des administrateurs Ecolo, ni d'ailleurs à l'égard d'un quelconque autre administrateur. Ceci peut être vérifié auprès de chaque membre du conseil d'administration et du management", a réagi la direction.

Le cdH pourrait soutenir une commission d'enquête parlementaire

Si le président de l'intercommunale Publifin ne vient pas avec des réponses à nos questions, le cdH appuiera la demande de création d'une commission d'enquête parlementaire sur le dossier, a affirmé dimanche le député wallon Dimitri Fourny (cdH).

Celle-ci est demandée avec insistance par l'opposition MR et Ecolo. Le PS est dans l'expectative, est-il ressorti dimanche d'un débat entre plusieurs députés wallons organisé au cours de l'émission de RTL-TVI "C'est pas tous les jours dimanche".

"Si André Gilles ne vient pas avec avec des réponses à nos questions nous appuierons sur le bouton" (NDLR: de la commission d'enquête), a dit Dimitri Fourny, soulignant qu'il importait de prendre un certain nombre de précautions juridiques avant d'envisager un tel cas de figure, tel qu'en atteste le délai de mise en place de la commission Kazakhgate.

De leur côté, Pierre-Yves Jeholet (MR) et Philippe Henri (Ecolo) ont réitéré leur demande de mise en place d'une telle commission. Dimitri Legasse (PS) s'est tenu plus en retrait sur cette question. "Nous en reparlerons lundi", a-t-il dit sans autre commentaire.

Au cours du débat, il est également apparu que l'hypothèse de la mise en place d'une majorité alternative en Wallonie n'était pas d'actualité.

"Le problème est à Liège. Il est à Publifin. Nous n'allons pas remettre en cause l'action excellente du gouvernement wallon", a commenté Dimitri Fourny (cdH), interrogé à ce propos, et soutenu dans le même sens par Dimitri Legasse. "Le problème de Publifin est effectivement un problème liégeois", a dit le mandataire socialiste.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés