Muriel Targnion lâche tous ses mandats chez Enodia

Muriel Targnion explique avoir vécu "comme un viol de sa vie et de son intimité" les perquisitions menées chez Enodia, Nethys et à son domicile. ©Photo News

Après en avoir abandonné la présidence, Muriel Targnion renonce également à son poste d'administratrice d'Enodia.

Après avoir quitté la présidence d'Enodia, Muriel Targnion se retire désormais totalement de l'intercommunale. Elle abandonne en effet son poste d'administratrice qu'elle avait conservé. Elle en a fait l'annonce lundi soir, au cours du conseil communal de Verviers qui a duré plus de 4 heures.

Dans les colonnes de L'Avenir, la bourgmestre de Verviers explique avoir vécu "comme un viol de sa vie et de son intimité" les perquisitions menées vendredi chez Enodia, Nethys, mais aussi à son domicile en présence de sa fille. Elle ajoute que ces perquisitions ne signifient pas qu’il y ait eu une infraction de sa part, même si elle reconnaît comprendre pourquoi elle est dans le viseur de la Justice et de l'opposition politique.

On n’a pas encore trouvé quelqu’un pour me remplacer à la présidence. Il faut dire qu’on ne se bat pas vraiment pour ce poste.
Muriel Targnion

Une présidence difficile à pourvoir

Sa démission de son poste d'administratrice ne sera toutefois effective qu'à l'issue de la prochaine assemblée générale d’Enodia. "J’aurais voulu pouvoir démissionner aujourd’hui. Mais on n’a pas encore trouvé quelqu’un pour me remplacer à la présidence. Il faut dire qu’on ne se bat pas vraiment pour ce poste."

Lâchée par son parti, Muriel Targnion avait annoncé quitter la présidence d'Enodia le 10 octobre dernier. Elle avait encore assisté à l'assemblée générale de Nethys qui avait acté la démission du conseil d'administration et entériné la nomination du trio de nouveaux administrateurs: Laurent Levaux, Bernard Thiry et Jean-Pierre Hansen. 

Outre des oppositions au sein du PS, Muriel Targnion ne faisait plus, non plus, l'unanimité au sein du Conseil d'Enodia. Certains membres lui reprochaient notamment de défendre les agissements du management de Nethys, au détriment des communes. Pour rappel, elle avait affirmé "avoir l'intime conviction" que les ventes des actifs de Nethys "avaient été opérées à bon prix".  


Lire également

Publicité
Publicité