Nethys assigne en Justice cinq députés wallons

Stéphane Moreau, le CEO de Nethys, lors de son audition à la commission d'enquête Publifin présidée par Olga Zrihen (PS) ©BELGA

La pression est montée d’un cran entre les membres de la commission d’enquête Publifin et le management de Nethys. À quelques heures de la finalisation de leur rapport intermédiaire, 5 députés ont reçu mercredi une nouvelle lettre des avocats de l’intercommunale. Ces derniers assignent les commissaires en Justice pour atteintes aux droits de la défense.

Comme l’évoquait déjà Sudpresse dans son édition de ce mercredi, les avocats de Nethys reprochent à la présidente de la commission Olga Zrihen (PS) et aux députés Patrick Prévot (PS), Jean-Luc Crucke (MR), Dimitri Fourny (cdH) et Stéphane Hazée (Ecolo) des atteintes à l’honneur et à la présomption d’innocence, de la partialité, des auditions exclusivement à charge et des fuites dans la presse. "On n’a jamais vu ça dans aucune autre commission d’enquête. Des commissaires allant jusqu’à réclamer la démission de témoins sur des plateaux télé alors que les auditions ne sont même pas terminées", commente l’un des avocats de Nethys cité dans Sudpresse.

"Il y a une réelle volonté de déstabiliser la commission."
Olga Zrihen
Présidente de la commission Publifin

Le rapport est attendu ce jeudi

Face à cette nouvelle tentative d’intimidation qui fait suite à une série de courriers dont une mise en demeure, les 5 députés visés se sont montrés déterminés à ne pas se laisser influencer. "Il y a une réelle volonté de déstabiliser la commission. Nethys tente de paralyser l’initiative parlementaire en essayant de disqualifier la commission! Cela n’a pas de sens, s’étonne Olga Zrihen. Notre travail s’est fait dans le respect des droits de la défense. Toutes les auditions ont été publiques. Toutes les personnes interrogées ont eu tout le temps pour pouvoir s’exprimer."

Le libéral Jean-Luc Crucke se dit lui "plus déterminé que jamais à aller jusqu’au bout" et rappelle que les parlementaires disposent d’une immunité. Stéphane Hazée y voit, lui, une attaque contre la démocratie. Dimitri Fourny veut aussi "aller jusqu’au bout des choses".

Une nouvelle réunion à huis clos de la commission était d’ailleurs prévue afin de finaliser les derniers détails du rapport intermédiaire avant sa présentation ce jeudi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content