La plus grande fuite de données bancaires de l'histoire

©MEDIAFIN

Stars de cinémas, terroristes, diamantaires ou criminels: plus de 100.000 noms de détenteurs de comptes secrets chez HSBC ont été révélés par le consortium de journaliste d’enquêtes ICIJ. En ce qui concerne la Belgique, plus de 6 milliards de dollars n'auraient pas été déclarés.

C’est la plus grande fuite de données bancaires de l’histoire qui a été mise à jour par le consortium des journalistes d’enquête ICIJ. Ceux-ci ont révélé 100.000 noms de clients venant de 203 pays liés à des comptes chez HSBC. Parmi ceux-ci, des grands noms comme la star de rock David Bowie, des stars de cinéma comme Christian Slater ou John Malkovich, l’ancien pilote de F1 Michael Schumacher, ou encore le Tennisman Marat Safin côtoient les noms de criminels, politiciens, diamantaires, etc.

434,5 millions d’euros
En Belgique, 494 dossiers sont ouverts à l’inspection spéciale des impôts (ISI) qui réclament 434,5 millions d’euros aux fraudeurs.

Car cette confidentialité bancaire chez HSBC a aussi permis au grand banditisme et au terrorisme d’avoir des comptes en Suisse en toute discrétion. Ainsi, on retrouverait par exemple trois ex-financiers d’Al Qaeda parmi les noms révélés qui ont pu rester clients de la banque de Genève malgré qu’il avait été prouvé en 2003 qu’ils appartenaient à un groupe d’hommes d’affaires soutenant Al Qaeda.

Selon les données récoltées, sur ces comptes de HSBC se trouvaient, en 2007 plus de 100 milliards de dollars. Des informations révélées chez nous par les trois partenaires belges du consortium, De Tijd, Le Soir et le magazine MO* et leurs journalistes respectifs, Lars Bové, Alain Lallemand et Kristof Clerix.

Les données, analysées par quelque 154 journalistes, portent sur la période allant de 2005 et 2007. Des milliards auraient transité sur ces comptes à Genève, cachés entre autres derrière des structures offshore au Panama et dans les îles vierges britanniques.

HSBC dit avoir changé

La filiale suisse de la banque britannique HSBC a assuré avoir "changé", après les "manquements constatés en 2007", selon un communiqué transmis à l'AFP.

"HSBC (Suisse) a entamé une transformation radicale en 2008 pour empêcher que ses services soient utilisés pour frauder le fisc ou blanchir l'argent sale", a indiqué le directeur général de cette filiale, Franco Morra, dans ce communiqué.

Gad Elmaleh, humoriste français ©Photo News

En France, Le Monde cite ainsi l'humoriste Gad Elmaleh, qui disposait, d'après le journal, d'un compte faiblement approvisionné à Genève, avec un peu plus de 80.000 euros entre 2006 et 2007. Selon les informations du journal, il aurait régularisé sa situation auprès du fisc français. Ce qui ne l'empêche pas d'être la risée du web, ce lundi.

Il mentionne ensuite Jacques Dessange, fondateur d'un empire de la coiffure, qui possédait un compte dans la filiale suisse de HSBC sur lequel il aurait eu jusqu'à 1,6 million d'euros entre 2006 et 2007, selon les fichiers auxquels le journal a eu accès. Lui aussi fait partie des clients qui ont depuis régularisé leur situation et s'est acquitté d'une amende, précise Le Monde.

Profils disparates

Les données analysées font ressortir des profils très disparates, allant du chirurgien français venu placer ses honoraires non déclarés en Suisse aux têtes couronnées.

Le roi de Jordanie, Abdullah ©Reuters

Parmi les noms cités dans les différents médias figurent notamment le roi du Maroc Mohammed VI ou le roi de Jordanie Abdallah II (photo). S'y ajoutent de nombreuses personnalités de la mode telles que le mannequin Elle McPherson ou la créatrice Diane von Fürstenberg, du spectacle à l'instar de l'actrice Joan Collins ou encore du sport comme le pilote de vitesse à moto Valentino Rossi.

Le journal suisse Le Temps, un des journaux partenaires pour ces révélations, met l'accent sur les personnalités politiquement exposées, évoquant entre autres Rami Makhlouf, cousin du président syrien Bachar al-Assad.

Il cite également l'ancien ministre haïtien Frantz Merceron ou encore l'ancien ministre égyptien du Commerce et de l'Industrie Rachid Mohamed Rachid, qui avait été condamné à cinq ans de prison en juin 2011 pour abus de biens sociaux issus des fonds pour le développement du pays.

"HSBC Private Bank (Suisse) a continué d'offrir des services à des clients qui avaient été cités défavorablement par les Nations Unies, dans des documents légaux et dans les médias pour leur lien avec le trafic d'armes, les diamants de guerre ou la corruption", fustige de son côté le Consortium des journalistes d'investigation.

Le secret bancaire en Suisse s'est réduit comme peau de chagrin, la pression sur les banques s'étant fortement accrue alors que de nombreux gouvernements ont accentué la chasse à l'évasion fiscale.

 

En 2013 déjà...

Ce consortium des journalistes d’enquête ne frappe pas pour la première fois. En 2013 déjà, les noms de milliers de Belges ayant des comptes en Suisse étaient révélés par ces confrères. Les Belges dont les noms ont été dévoilés arrivaient à cacher leurs comptes en Suisse via des sociétés-écrans dans des paradis fiscaux. Suite à ces révélations, 494 dossiers sont ouverts à l’inspection spéciale des impôts (ISI) qui leur réclament 434,5 millions d’euros pour un montant total de fonds non déclarés se chiffrant à 6,26 milliards de dollars.

Ces 6.263.163.063,5 dollars, soit, en tenant compte des taux de change de l'époque (2006/2007) et de l'inflation, de 5 à 6 milliards d'euros de 2015 sont répartis dans 4.612 comptes bancaires ouverts aux noms de plus de 3.000 Belges ou de société-écrans appartenant à des Belges, peut-on lire dans le journal Le Soir.

Toute cette affaire prend sa source avec la fuite de données bancaires découvertes suite à une perquisition chez un ex-informaticien de HSBC, Hervé Falciani. En novembre dernier, ce dernier accordait à L’Echo une interview.

Les chiffres de l’enquête rassemblés par le consortium de journalistes dans une carte interactive:

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés