interview

"Paul Furlan n'est plus l'homme de la situation"

©Photo News

Jean-Marc Nollet (Ecolo) veut une commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Publifin. Au préalable, le député fédéral souhaite que les partis de la majorité wallonne (PS-cdH) fassent le ménage au sein de leurs troupes, à commencer par le ministre des Pouvoirs locaux, Paul Furlan (PS).

Initialement invité sur les ondes de Bel RTL pour aborder le thème de l'obsolescence programmée, dont Jean-Marc Nollet est le parrain d'un colloque qui débute ce lundi sur la question, le chef de groupe Ecolo au Parlement fédéral est revenu sur les affaires de mauvaises gouvernances qui secouent la Wallonie. L'homme, qui connaît bien le gouvernement wallon pour y avoir été ministre de l'Energie sous la législature précédente, demande un électro-choc au niveau de l’exécutif régional.

"On n'est pas au bout de ce qu'il faut découvrir"

Pour Jean-Marc Nollet, le ministre des Pouvoirs locaux, Paul Furlan (PS) n'a pas pris les mesures nécessaires et "n'a plus la crédibilité nécessaire pour mettre en place les réformes" pour assainir la gestion contestée des intercommunales. "La majorité PS-cdH ne se rend pas compte de l'ampleur du séisme", selon l'écologiste pour qui "un député doit être député à 100%". Jean-Marc Nollet met d'ailleurs en garde le gouvernement wallon sur la suite de l'affaire Publifin, car, d'après lui, "on n'est pas au bout de ce qu'il faut découvrir".

L'interview dans son intégralité

Dans l'opposition en Wallonie, Ecolo, par la voix de Jean-Marc Nollet pointe également la position du cdH, au pouvoir, et de son président Benoît Lutgen. "Ils annoncent vouloir faire le grand nettoyage", explique l'écologiste, "mais refusent une commission d'enquête".

Le PS derrière le ministre Furlan

Jean-Marc Nollet demande donc au PS, qui réuni son bureau de parti ce lundi d'aller "au bout de la logique" en mettant en place une commission d'enquête et en demandant à Paul Furlan de faire un pas de côté. La position du ministre socialiste a été fragilisée par le dépôt d'une motion de méfiance de l'opposition MR et Ecolo et par la prise en main du dossier gouvernance par le ministre-président wallon Paul Magnette, qui a toutefois l'intention de travailler de conserve avec Furlan.

Le cas du ministre wallon des Pouvoirs locaux ne fera toutefois pas objet de débat au bureau du Parti socialiste, a-t-on appris auprès du porte-parole du parti.Le PS prouve de la sorte la confiance qu'il maintient en Paul Furlan. A l'entrée du bureau, plusieurs personnalités socialistes ont rappelé les réformes que le ministre Furlan a déjà mises en œuvre en Wallonie, et la nécessité de renforcer encore ces réformes.



Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés