interview

Alain Courtois: "Maingain ne veut-il pas installer la famille à la ville de Bruxelles?"

©Photo News

Olivier Maingain (DéFI) appelle le MR à se décoller du PS à Bruxelles. Réponse d'Alain Courtois: "On donne toujours la leçon aux autres, mais on ne l'apprend jamais soi-même."

Alain Courtois, député-échevin bruxellois (MR), s'interroge sur l'appel d'Olivier Maingain. Le président de DéFI appelle le MR à se "décoller" du PS à la ville de Bruxelles. "On donne toujours la leçon aux autres, mais on ne l'apprend jamais soi-même. Comme disait Léo Ferré: 'ce qu'il y a d'embêtant dans la morale, c'est que c'est toujours la morale des autres'," lance-t-il au micro de Martin Buxant sur BelRTL.

Pour Alain Courtois:

-> Olivier Maingain parle du scandale bruxellois: "Le Samusocial n'a rien à voir avec la ville de Bruxelles! C'est une institution indépendante de la ville, aux mains des socialistes et alimentée par la Région bruxelloise."

-> Comme l'affirme le président de DéFI pour le gouvernement bruxellois, un accord de majorité existe aussi à la ville de Bruxelles. "À la Ville, il y a aussi un accord de majorité jusque minimum octobre 2018, une équipe qui travaille et une signature apposée. On n'a pas l'habitude de changer ces signatures!" 

Et Alain Courtois de s'interroger: Olivier Maingain ne veut-il pas installer la famille à la ville de Bruxelles, non sans une allusion à la présence du fils d'Olivier Maingain dans l'opposition à la ville.

Alain Courtois et l'enseignement

À quelques jours de la rentrée scolaire, Alain Courtois revient également sur le décret inscription, un décret qui, selon lui, doit être remis en cause.  "A un moment, il faut être raisonnable: les familles attendent qu'on revoit ce décret inscription qui fait qu'aujourd'hui, les parents ne savent plus où mettre leurs enfants dans les écoles."

Il rappelle aussi son souhait d'arriver, au moins à Bruxelles, à une régionalisation de l'enseignement. "Si nos jeunes étaient formés spécifiquement aux langues, les institutions internationales pourraient les accueillir. Ce serait un plus social."

Alain Courtois et le stade national

Et qu'en est-il du Stade national? Pour Alain Courtois, la balle est désormais dans le camp des gouvernements fédéral et flamand. "Je pense que la ville de Bruxelles a parfaitement exécuté l'avis de la région de mettre un stade au parking C. Trois gouvernements (fédéral, flamand et bruxellois) ont donné leur promesse à l'UEFA d'avoir un stade opérationnel en juin 2020. Le gouvernement bruxellois a fait son travail, aux autres de le faire."

Il admet toutefois que si le projet de l'Eurostadium devait être abandonné, la Belgique devrait faire une croix sur l'organisation de l'Euro 2020. "Il faut aller au bout de l'exercice. C'est l'image de la Belgique qui est en jeu."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content