interview

"Cela fait des années que Monsieur Gilkinet tente de déstabiliser Monsieur Reynders"

©BELGA

Membre de la Commission Kazakhgate, Damien Thièry reproche à certains collègues de ne pas jouer la carte de la neutralité en instruisant à charge.

Damien Thiéry, membre (MR) de la Commission Kazakhgate, appelle les membres de la commission à être solidaires. Alors que la commission fait l'objet d'une seconde attaque en justice, le député MR indique que l'ensemble des membres "doit être solidaire dans sa façon de travailler. Certains utilisent des méthodes d'une instruction à charge, ce qui n'est pas le rôle d'un député," indique-t-il au micro de Martin Buxant sur Bel RTL.

Il reproche ainsi au président, Dirk Van der Maelen -qui fait l'objet d'une assignation de la part de l'avocat de Patokh Chodiev- d'avoir utilisé des documents que personne d'autre n'avait lors d'une audition. "Ce n'est pas correct, car tous les députés doivent disposer de l'entièreté des documents."

Pour lui ce dossier de Kazakhgate, devenu le dossier du diamantgate, est aussi une occasion d'avoir la "peau" du ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders. "Les choses sont évidentes et je ne suis pas étonné. C'est une habitude dans le chef d'Ecolo: Monsieur Hellings a eu la peau de Madame Gallant. Monsieur Nollet en commission attaque Madame Marghem. Et cela fait 7-8 ans que Monsieur Gilkinet tente de déstabiliser Monsieur Reynders, sans réelle argumentation. Monsieur Gilkinet pense avant tout à son image et utilise la commission comme tribune politique et médiatique."

Auto start Auto next Pub delayed

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés