interview

Di Rupo: "On va adapter nos méthodes"

©BELGA

Quel rôle pour les Socialistes dans un monde en crises? C'est le thème de la grande réflexion du PS, le week-end prochain. "Les idéaux demeurent les idéaux, mais nous devons changer de pratique" explique Elio Di Rupo, le président du parti.

De grandes discussions sont prévues ce samedi sur l'avenir de la gauche, au PS. "On va adapter nos méthodes. Le PS doit répondre aux besoins de nos citoyens, avec des réponses adéquates", explique Elio Di Rupo, le président du parti socialiste, au micro de Martin Buxant (L'Echo) sur Bel RTL.

  • le thème de cette "8e rencontre du Chantier des idées" est "Quel rôle pour les Socialistes dans un monde en crises?" (à Ixelles).

De quoi s'agit-il exactement? "C'est une grande réflexion sur nous-mêmes, une remise en question. Les idéaux demeurent les idéaux, mais nous devons changer de pratique", détaille l'ancien Premier ministre.

Quel rôle joue actuellement le PS? "Nous avons dénoncé les méthodes du gouvernement. C'est catastrophique pour les pensionnés et pour les gens qui travaillent."

Le PS a déposé 185 propositions de loi et résolutions depuis le début de la législature. "Je reste étonné qu'on en parle aussi peu."

Le Chantier des idées, c'est bien dans le but de revenir au pouvoir... "Bien sûr, on voudrait pouvoir retravailler au gouvernement fédéral." Pour changer quoi? "Plein de choses."

  • La question des pensions. "Pourquoi ne pas dire "65 ans, et celles et ceux qui veulent continuer plus loin pourront continuer"?"
  • La sécurité sociale et l'accessibilité aux soins de santé. 
  • La SNCB

Quid de la laïcité de l'Etat, un grand chantier du PS?

"L'Etat doit être équitable et sans reproche, neutre par rapport au citoyen. On doit servir avec loyauté les citoyens. On pourrait inscrire la neutralité de l'Etat dans la constitution. Il faut laisser des marges de manoeuvre aux autorités locales aux écoles, aux hôpitaux pour voir s'il faut laisser des signes religieux. " "Nous pensons que tout ce qui est en contact avec le public ne doit pas avoir de signe religieux."

"Nous allons déposer plus de 20 propositions concrètes" pour combattre la discrimination à l'égard "des personnes à la peau noire, ou venant du Maghreb", dans le cadre de l'emploi et du logement, ajoute encore le président du PS.

Frontières fermées avec la France, une bonne réaction de Jan Jambon?

S'ils fuient la guerre, s'ils fuient la mort, notre dignité d'être humain nous oblige à les accueillir.
Elio Di Rupo

"Schengen le permet si notre sécurité était en danger." Pour Elio Di Rupo, ce n'est pas le cas ici. "On ne doit pas ouvrir les frontières sans considération. Mais ceux qui sont ici, on ne va pas les renvoyer purement et simplement. S'ils fuient la guerre, s'ils fuient la mort, notre dignité d'être humain nous oblige à les accueillir."

"En Europe, nous sommes 500 millions, et au maximum maximorum, il y aurait un million de migrants. C'est-à-dire deux personnes pour 1000 européens. Franchement, c'est absorbable."

RER et ses problèmes de financement

"Nous devons faire le RER, tant du côté flamand que du côté wallon."

"Quand j'ai quitté le gouvernement , il avait des moyens financiers pour le RER et pour les gares. Ce gouvernement Michel a retiré plus de 2 milliards à la SNCB, c'est inacceptable. On doit absolument achever le RER.

 

→ Toute l'interview:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés