interview

"Il faut casser la majorité absolue du PS à Mons"

©Anthony Dehez

Georges-Louis Bouchez revient sur le livre de Jacqueline Galant dans lequel, lui mais également Didier Reynders sont mis en cause. Le MR montois ajoute tout de même ne pas fermer la porte à celle qui est désormais présidente du parti pour l'arrondissement montois ... dans l'intérêt du citoyen.

Mis en cause dans le livre de Jacqueline Galant, Georges-Louis Bouchez, chef de file des libéraux montois, veut arrêter le "festival de la méchanceté". "Je suis libéral", déclare-t-il au micro de Martin Buxant sur Bel RTL. "Chacun peut dire ce qu'il a envie mais il doit en assumer la responsabilité. (...) Cet ouvrage, c'est sa vérité mais sûrement pas la réalité des choses. Enfin, on fait de la politique pour servir les autres, pas pour se mettre en scène."

Proche de Didier Reynders dont il a été collaborateur, il dénonce aussi les accusations faites au ministre des Affaires étrangères. "Il faut que Jacqueline admette que ce n'est pas Didier qui a évoqué de mauvais chiffres au gouvernement. Ce n'est pas lui qui a fait le choix d'un cabinet d'avocats. Ce n'est pas lui qui a fait des déclarations sur le RER. Ce n'est pas lui, non plus, qui dit ne pas avoir reçu un rapport de la Commission européenne pourtant envoyé!"

Georges-Louis Bouchez reconnaît encore au livre quelques éléments problématiques. "Avant de devenir ministre, Jacqueline Galant a été députée pendant 15 ans. Quand on lit cet ouvrage, on a l'impression qu'elle a découvert la politique."

Malgré tout, il entend travailler avec elle, "dans l'intérêt du citoyen". Jacqueline Galant vient en effet d'être nommée présidente de l'arrondissement montois.

Enfin, sur son parcours personnel, Georges-Louis Bouchez indique vouloir en 2018 et 2024 casser "la majorité absolue" du PS à Mons. "Il faut créer une vraie alternance au sein de la ville de Mons"

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés