interview

"Il faut réfléchir à un rythme plus cohérent pour les enfants"

©BELGA

Pour Marie-Martine Schyns (cdH), certains apprentissages se perdent durant les grandes vacances. La ministre de l'Enseignement pense ainsi revoir la durée des congés estivaux. Mais avant cela, elle doit mettre le Pacte d'excellence en espérant qu'il "dépasse les polémiques actuelles".

Rentrée politiquement agitée en Fédération Wallonie-Bruxelles. Le gouvernement tient toujours avec le PS et le cdH dans la majorité. Le parti de la ministre de l'Enseignement, qui est arrivé à faire sortir son partenaire socialiste du gouvernement wallon en juillet dernier, ne trouve pas suffisamment d'alliés pour faire le même coup dans l'exécutif francophone. Pour Marie-Martine Schyns (cdH), invitée de la matinale de Bel RTL, il n'est pas question de parler d'instabilité, "en ce qui concerne l'enseignement, on garde le cap pour les différentes mesures qui ont été approuvées en juillet".

En d'autres termes, la ministre Schyns indique que l'ambiance de travail avec ses collègues socialistes est constructive, précisant que "le Pacte d'excellence et l'éducation sont des enjeux qui doivent dépasser le jeu traditionnel majorité-opposition."

"Il faut valoriser la carrière des enseignants qui est aujourd'hui assez plane, en soutenant notamment les enseignants débutants en stabilisant plus tôt leur fonction."
Marie-Martine Schyns (cdH)
Ministre de l'Enseignement

Des mesures pour apporter un encadrement supplémentaire dans les écoles sont déjà d'application depuis ce vendredi. Plus largement, un des grands enjeux de la législature actuelle est d'"attirer les jeunes vers la profession d'enseignant", explique Marie-Martine Schyns, "il faut valoriser la carrière des enseignants qui est aujourd'hui assez plane, en soutenant notamment les enseignants débutants en stabilisant plus tôt leur fonction."

L'organisation du paquebot enseignement est aussi en pleine mutation. "En 2020, on démarrera un tronc commun pour les élèves de 3 à 8 ans et puis progressivement on monte vers les 15 ans et on évalue la manière dont le nouveau tronc commun est mis en place", souligne la ministre francophone de l'Enseignement qui ne parle pas d'un "allongement" de ce tronc commun mais de la création d'un nouvel axe "avec à l'intérieur des contenus qui varient, qui sont plus en lien avec notre époque".

Marie-Martine Schyns pointe également l'étude de faisabilité actuellement en cours pour revoir le rythme scolaire. Selon elle, "on sait que certains apprentissages, comme la lecture, se perdent pendant les vacances et il serait alors important de voir si ce n'est pas possible d'avoir un rythme plus cohérent avec les apprentissages de l'enfant."

L'interview de Marie-Martine Schyns dans son intégralité

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content