interview

"La mobilité à Bruxelles? On ne comprend plus ce qu'il se passe"

©BELGA

Vincent De Wolf (MR) dénonce l'immobilisme dans le dossier de mobilité bruxelloise. Il était ce mardi matin l'invité de Martin Buxant sur les ondes de BelRTL.

La semaine dernière, la Région bruxelloise a entrepris plusieurs actions en justice contre le Fédéral dans le dossier du survol aérien de Bruxelles. Vincent De Wolf, chef de file MR à Bruxelles, revient sur la position des libéraux dans ce dossier. Il dément tout retournement de veste.

Il affirme ainsi que sur le fond, les bleus soutiennent la Région. Reste la forme!

"On a rompu le dialogue. On sait dans ce pays quand un dossier concerne différents niveaux de pouvoirs, différentes instances, se parler, c'est mieux. C'est ce que nous avons dénoncé. Aujourd'hui, ces actions sont copies des trois actions que j'avais faites voter par les bourgmestres l'an dernier: la route du canal, le virage gauche et la période de nuit que la Région bruxelloise entend étendre de 18h à 7h. Sur le fond, nous n'avons donc jamais remis cela en cause".

Il dément également que le soutien du MR aux recours de la Région puisse handicaper le MR, seul parti francophone au niveau fédéral. "Il a été demandé à nos mandataires de soutenir de façon unanime le ministre Bellot dans ses résolutions équitables. On espère que ce n'est pas dans le prétoire que les solutions se trouveront". Il appelle ainsi les politiques à prendre leurs responsabilités. "Renvoyer la balle à gauche ou à droite en fonction de qui habite où, au niveau des responsables politiques, n'est pas raisonnable. Il faut protéger la santé et faire en sorte que les pouvoirs publics prennent des mesures pour limiter les nuisances au maximum."

A Bruxelles, on ne voit rien venir

Autre dossier épineux: la mobilité à Bruxelles. Vincent De Wolf parle de catastrophe. "On ne comprend plus ce qu'il se passe. Dans le projet pulsar, qui devait doubler la rapidité des métros, rien ne se fait. Pour les trois tunnels, Stéphanie, Montgomery, Léopold II, il n'y a rien à l'horizon. Que des reports et de l'incompréhension. Le plan taxis, annoncé mille fois, ne sort toujours pas. Donc à part des effets d'annonces, le ministre ne bouge pas. Je ne vois toujours rien venir en projet de texte ou d'ordonnance. C'est donc une catastrophe, la mobilité à Bruxelles.

→ Regardez ici l'intégralité de l'interview:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés