interview

"La N-VA est au pouvoir grâce au Vlaams Belang"

©Photo News

Herman De Croo (OpenVLD), député et ministre d'Etat, était l'invité de Martin Buxant sur Bel RTL. Au menu : les dépenses du Prince Laurent, la N-VA et la problématique des réfugiés.

Le député flamand s'est exprimé sur le rapport très sévére de la Cour des comptes qui épingle les dépenses "non fondées, injustifiées" du Prince Laurent. Il a estimé que supprimer la dotation du prince ne serait pas une bonne chose, mais qu'il était bon de "mettre de l'ordre" dans la manière dont on rémunère les membres de la famille royale.

"Peut-être pouvons-nous trouver des solutions intéressantes, voir quel est le statut social des membres de la famille. Est-ce qu'en cas d'accident, la famille est couverte? Une retraite est-elle prévue? On pourrait imaginer de prélever un montant sur la partie fixe de la dotation pour assurer la sécurité de la famille", a-t-il notamment suggéré.

Herman De Croo a, par ailleurs, rejeté que le Prince travaille comme tout un chacun. "Imaginez si on avait invité un prince à être devenir administrateur chez Lernout & Hauspie il y a une vingtaine d'années. Imaginez que des milliers de personnes aurait casqué en actions et ensuite, l'entreprise fait faillite. On l'aurait montré du doigt."

Sur la N-VA, qui ne rate jamais une occasion de tirer à boulets rouges sur la famille royale, le député estime que la N-VA "a démoli démocratiquement le Vlaams Belang". "Et ça, je le respecte", a-t-il souligné, mais ca n'empêche pas que "la N-VA doit soigner ses électeurs issus du VB".

"Noubliez que dans ses propres rangs, la N-VA a un côté sud et un côté nord. Un côté droite, un côté gauche. Un côté nationaliste et un côté monarchistes", a-t-il rappelé, mettant en évidence le fait que le parti n'était pas monolithique.

Herman De Croo est également revenu sur sa volonté de mettre en place une Task Force pour gérer l'accueil et l'intégration des réfugiés. "On se trompe dans le problème. Il faut stabiliser ceux qui sont déjà ici en leur permettant de s'intégrer et penser aussi plus loin. Si vous voulez que nos petits-enfants connaissent la civilisation tellle qu'elle est aujourd'hui, libérale et ouverte, il faut l'assurer."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés