interview

"La N-VA veut bloquer à tout prix le dossier du stade national"

©Thierry du Bois

Alain Courtois (MR) fait le point sur le dossier brûlant du stade national. Selon, l'échevin des Sports de la ville de Bruxelles, ce qui devait être une affaire sportive est devenu un problème politique, voire communautaire. Seule certitude, le temps presse. Pour avoir un stade prêt en 2020, il faut lancer les travaux d'ici la fin de l'année.

Mardi dernier, le ministre flamand des Travaux publics Ben Weyts (N-VA) s'est positionné sur stade national sur le site du parking C, situé sur le territoire sur le territoire en Grimbergen, et plus précisément à propos de la vente de deux parcelles -que le ministre flamand refuse désormais- indispensables au projet de stade national. 

Alain Courtois, à gauche, en compagnie d'Yvan Mayeur, du président de l'Union belge de football et de Guy Vanhengel lors de la présentation du logo de l'Euro 2020 ©BELGA

S'en est suivi un concert d'indignation de la part de toutes les parties impliquées dans la construction de l'Eurostadium. Et il y en avait du monde, puisque le projet immobilier a reçu le feu vert de l'ensemble des entités concernées dans le cadre de la candidature belge à la co-organisation de l'Euro 2020 de football. Parmi celles-ci, la Ville de Bruxelles et son échevin des Sports, Alain Courtois (MR), qui se demande toujours "qu’est-ce que c’est que cette Belgique qui ne peut plus avoir un grand projet national et fédéral!".

Pour le premier échevin MR de la Ville de Bruxelles, après l'épisode du sentier vicinal, "l'absurde de l'absurde", le dossier est à présent dans les mains de la province du Brabant flamand. Dans la matinale de Bel RTL, Alain Courtois déplore le jeu politique de la N-VA par l'entremise du ministre flamand des Travaux Publics et veut savoir "pourquoi dans ce pays il n'est plus possible d'avoir sereinement un débat sur un grand dossier où les Belges peuvent se rassembler?"

Le calendrier devient de plus en plus pressant. Le stade doit être prêt pour janvier 2020. "Il faudrait commencer les travaux au plus tard en janvier 2018", rappelle Alain Courtois qui est également revenu sur le désistement du club d'Anderlecht, pressenti pour être le futur locataire du stade. "Le problème du locataire se posera quand la maison sera construite" explique l'échevin bruxellois. 

L'interview d'Alain Courtois dans son intégralité

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés