interview

"La responsabilité du PS à Bruxelles est écrasante"

©Photo News

Theo Francken reproche au parti socialiste sa gestion de Bruxelles: le piétonnier mais aussi sa non-intervention face au problème d'intégration observé.

Theo Francken appelle au changement à Bruxelles. Le secrétaire d'Etat notamment en charge de l'immigration a beau être originaire de Lubbeek (Louvain), il se dit profondément attaché à la capitale de l'Europe. "J'adore Bruxelles".  Il déplore toutefois sa gestion. "Quand je vois le piétonnier le soir, dans une capitale de l'Europe comme Bruxelles, je suis très gêné," lance-t-il sur les ondes de Bel RTL.

Il pointe du doigt le PS dans les problèmes d'intégration des différentes communautés."La responsabilité du PS à Bruxelles est écrasante". Il enchaîne: "Il y a 15 ans, en Flandre, nous avons lancé un parcours d'intégration obligatoire pour les primo arrivants. Quinze ans plus tard à Bruxelles il n'y a toujours rien. En Wallonie avec Willy Borsus, les choses commencent à bouger." Il insiste: "Le PS ne veut rien démarrer sur le plan de l'intégration et être clair sur nos valeurs. Bruxelles a besoin d'un homme fort à la Ville ou la région, quelqu'un qui veut changer les choses".

Didier Reynders? Le secrétaire d'Etat dit ne pas vouloir se prononcer sur l'éventuelle arrivée de Didier Reynders à Bruxelles. Il précise certes que l'ADN de Bruxelles est libéral et que Didier Reynders est un homme fort. "Quand on voit la gestion politique de Bruxelles, elle est sous-optimale. Cela me fait très mal."

A l'approche de l'hiver et alors que la température baisse, un autre dossier a été abordé avec le secrétaire d'Etat: la situation des migrants du parc Maximilien.

"Quand ils demandent l'asile, il n'y a pas de problème: ils reçoivent le jour même du pain, un lit chaud, un bain chaud... Il y a de la place, ce n'est pas un problème. Le problème se pose quand ils ne demandent pas l'asile". Théo Francken demande ainsi aux citoyens belges qui accueillent ces personnes de les encourager à demander l'asile en Belgique. Quoi qu'il en soit, le plan hiver a été déclenché pour les sans abris, en ce compris pour cette centaine d'immigrés n'ayant pas demandé l'asile."

"Le problème de l'immigration de transition vers la Grande-Bretagne est compliqué car ces gens sont libres et on ne peut pas les aider car c'est contraire à la loi. Nous ne pouvons que les convaincre à demander l'asile en Belgique et ne pas migrer vers la Grande-Bretagne."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content