interview

"Mayeur et Peraïta probablement exclus du PS"

©BELGA

Pour Rudi Vervoort, l'exclusion du Parti socialiste d'Yvan Mayeur et de Pascale Peraïta est inévitable.

Interrogé sur Bel RTL, Rudi Vervoort s’est montré tranchant envers l’ex-bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur, et l’ex-présidente du CPAS, Pascale Peraïta.

"Je ne vois pas comment on peut échapper à leur exclusion du parti."
Rudi Vervoort

Le ministre-président de la Région bruxelloise estime qu'il leur sera difficile d’échapper à une exclusion en bonne et due forme du Parti socialiste, à l’instar de ce qui s'est produit pour Stéphane Moreau et André Gille dans l’affaire Publifin.

©BELGA

"Le moment est venu pour le parti de se pencher sur le cas des principaux protagonistes de cette affaire. Comme je vois l'affaire se dérouler, je ne vois pas comment on échappera à cette décision. La mise en place du système avait pour but de contourner les règles. J'arrive à dire que le refus de la tutelle régionale, c'était pour cacher les pratiques qui avaient lieu au sein du Samusocial."

Rudi Vervoort va encore plus loin en affirmant que toute personne pouvant mettre des grains de sable dans l'action du futur bourgmestre, Philippe Close, n'ont plus non plus leur place dans les instances communales. "L'heure n'est plus à la demi mesure."

Réformer le parti, d'autres y pensent aussi. Plusieurs membres du PS se sont ainsi réunis au sein de ce qu'ils appellent une "initiative horizontale." Rudi Vervoort ne fait pas partie des signataires. Mais qu'en pense-t-il?

"Le parti a besoin aujourd'hui d'unité entre Bruxellois et Wallons", indique-t-il en marge de cette initiative de plusieurs membres du parti appelant à une réforme du PS. "La situation que l'on vit aujourd'hui ne permet pas de se poser en donneurs de leçons." Certes en matière de décumul, il se dit partisan du "un homme, un mandat, une rémunération".

Retrouvez notre article: "Ceci n'est pas une fronde" 

Et alors que le dossier du Samusocial continue à faire couler beaucoup d'encre, un nouveau scandale pourrait faire surface: celui des Cuisines Bruxelloises. Des élus politiques auraient également été grassement rémunérés. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content