interview

"Mon frère est le meilleur président du cdH depuis longtemps"

©BELGAIMAGE

Jean-Pierre Lutgen n'a pas tari d'éloges au sujet de son frère Benoît. En vue d'un mandat politique en 2018 ? Il est aussi revenu sur le succès de sa marque Ice Watch pour son dixième anniversaire.

"Avec 15% de résultats aux élections, il arrive à avoir 50% du pouvoir en Wallonie, même plus en fédération Wallonie-Bruxelles car le budget de l'enseignement est le plus grand. C'est un constat, avec peu, il arrive à faire énormément." Ces mots prononcés par Jean-Pierre Lutgen, fondateur de la marque Ice Watch, sont propice à une future réconciliation avec son frère Benoît, bourgmestre de la ville de Bastogne et président du cdH. Il pense que ce dernier est "le meilleur président du Centre Démocrate Humaniste depuis longtemps".

Après de longues années où ils se sont tenus à distance, Jean-Pierre dit "laisser la porte ouverte" à son frère pour une réconciliation. Un mandat politique en vue ? "Je suis pour remettre Bastogne sur un mouvement positif, mais ça ne doit pas nécessairement passer par la politique. On verra en 2018". Quoi qu'il en soit, il se dit plutôt proche des libéraux. "La valeur de liberté, c'est quelque chose de très fort pour moi. Je l'ai acquise en fondant Ice Watch. Donc je me vois mal faire de la politique sans les libéraux".

"Non, Ice Watch n'est pas à vendre ! Mais s'adosser à d'autres pour être plus fort, ça a du sens"
Jean-Pierre Lutgen

Au sujet des rumeurs sur son entreprise, Jean-Pierre martèle : "Non, Ice Watch n'est pas à vendre ! Mais s'adosser à d'autres pour être plus fort, cela a du sens. Nous sommes monomarque, on est obligés d'organiser en permanence des activités pour créer de la valeur autour de cette marque. Et sur 10 ans, c'est long". L'entreprise, qui emploie une cinquantaine de personnes en Belgique, cherche donc un gros partenaire pour se développer. Son fondateur assure que les centres de réparations sont pour le moment localisés en Allemagne et en France. Elles seront ramenées à Bastogne, doublant le nombre d'employés d'Ice Watch en Belgique.

"Le principal handicap en Wallonie, c'est le nombre de règles et les contrôles imposés. Nous sommes surcontrôlés sur les lois sociales, les impôts ou taxes d'importation". D'après Jean-Pierre Lutgen, l'administration wallonne devrait redonner plus de liberté et de confiance "aux entrepreneurs qui ont fait leur preuve et qui ne sont pas là pour tricher". Il admet tout de même que les subsides de la région lui ont permis aux débuts de la marque "d'exposer nos produits partout dans le monde".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content