"On ne peut plus admettre la prise en otage des voyageurs des TEC"

©BELGA

Dimitri Fourny (cdH) va déposer une résolution visant à sanctionner l'organisateur de grève sauvage aux TEC.

Dimitry Fourny veut lutter contre les grèves sauvages aux TEC. Le chef de groupe cdH au parlement wallon va déposer une résolution pour sanctionner les grévistes sauvages. "Jusqu'ici, c'était le groupe TEC dans son ensemble qui voyait ses moyens financiers se réduire en raison du nombre de jours de grève non préavisés. Le gréviste n'était pas sanctionné", explique le parlementaire sur les ondes de Bel RTL. Il entend donc changer la donne et arriver à une modification du règlement de travail des TEC permettant de sanctionner directement le gréviste.

Quelle sanction sera appliquée? Pour Dimitri Fourny, cela devrait aller d'une sanction financière à un licenciement en fonction de la grève et de sa durée.

La mesure, explique le cdH, traîne dans les tablettes depuis quelques années, mais jusqu'ici elle se heurtait au refus du PS. Désormais, Dimitry Fourny dit avoir le soutien du MR pour arriver aux TEC à un système qui existe déjà dans le contrat de gestion de la SNCB. "On ne peut plus admettre la prise en otage des voyageurs."

Quant à la grève annoncée du 10 octobre, il avance que les conducteurs des TEC ont jusqu'à 72h avant l'échéance pour annoncer leur ralliement ou pas au mouvement. "On pourra ainsi mettre en place un service continu et choisir les lignes prioritaires."

Enfin, membre de la commission Publifin, Dimitri Fourny était aussi interrogé sur la légitimité de Stéphane Moreau à la tête de Nethys. Pour le cdH, l'homme doit clairement quitter son poste. Quant à son parachute de 1 million d'euros, il affirme: "Les clauses léonines ou abusives peuvent être contestées."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content