interview

"Une place de parking sur cinq va disparaître le long de la Petite Ceinture"

Pascal Smet, ministre bruxellois de la Mobilité ©BELGA

Le ministre bruxellois Pascal Smet revient sur plusieurs sujets chauds de la mobilité dans la capitale: piste cyclable le long de la Petite Ceinture, rénovation des tunnels et futur stade national.

La Petite Ceinture aux cyclistes

12 kilomètres de pistes cyclables vont voir le jour le long de la Petite Ceinture à Bruxelles. Une bonne nouvelle pour les cyclistes, une moins bonne pour les automobilistes. "On ne va pas toucher à la fonction de la Petite Ceinture. L'itinéraire reste ouvert aux automobilistes", tente de rassurer Pascal Smet, ministre bruxellois de la Mobilité, au micro de Martin Buxant (L'Echo) sur Bel RTL.

Cette large piste cyclable ne va donc pas empiéter sur les bandes de circulation, mais sur les latérales "qui sont utilisées pour stationner des voitures et parfois pour rentrer dans un garage". Concrètement, "une place de parking sur cinq va disparaître, mais on sait que beaucoup de ces places sont utilisées par des navetteurs et des visiteurs. Et on sait qu'il y a 4.000 places libres dans les parkings publics autour de la Petite Ceinture, donc il y a encore beaucoup de possibilités de stationnement", temporise Pascal Smet.

La rénovation des tunnels

"On est en train de rénover les tunnels bruxellois. On a déjà fait Stéphanie et Montgomery. On est en train de faire Porte de Hal (...) et on va rénover le complexe Reyers et autour de l'été on va assigner le marché pour le tunnel Leopold II", a détaillé le ministre de la Mobilité.

"Les 4-5 tunnels Reyers doivent être rénovés. Ils sont en très mauvais état. On va le faire un par un." Il affirme par ailleurs que ces travaux n'auront pas lieu au même moment que ceux pour la piste cyclable. 

Le stade national en suspens 

Le refus du ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts (N-VA) de céder deux terrains nécessaires à la construction du stade national (Eurostadium) sur le plateau du Heysel, à Grimbergen (Brabant flamand), est infantile, a lancé son homologue bruxellois.

M. Smet rappelle que "la Flandre, avec la Belgique, la Wallonie et Bruxelles", a soutenu la candidature belge pour l'organisation du championnat d'Europe de football, et que cela impliquait la construction d'un stade. "Ce stade est meilleur en termes de mobilité que le stade Roi Baudouin", soutient M. Smet, en dénonçant au passage un "jeu de politique politicienne" dans lequel "Ben Weyts a choisi la carte d'une Flandre contre Bruxelles".

Quant à l'attitude d'Ecolo-Groen, Pascal Smet souligne que le gouvernement précédent, dans lequel siégeaient les Verts, avait aussi pris une décision favorable au nouveau stade.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content