Le procès du siècle s'est ouvert aux Etats-Unis

Le procès de Bradley Manning s’est ouvert hier. Le soldat US encourt la prison à vie pour avoir diffusé des documents classés. Il reconnaît les fuites, mais pas l’intention de nuire.

Trois ans après son arrestation en mai 2010 en Irak, Bradley Manning, le soldat américain à l’origine de l’une des plus grandes fuites de documents classés aux Etats-Unis, sera bientôt fixé sur son sort. C’est hier, en effet, que s’est ouvert son procès en cour martiale.

1. Quelles accusations pèsent sur Bradley Manning?

Les accusations dont fait l’objet le jeune soldat de 25 ans portent sur la diffusion de 700.000 documents classifiés provenant du Pentagone et du département d’Etat et concernant les guerres en Irak et en Afghanistan. Manning a eu accès à ces documents -dont certaines vidéos montrant des bavures perpétrées par l’armée américaine en Irak- dans le cadre de ses fonctions d’analyste du renseignement en Irak. Il les a ensuite transmises à WikiLeaks. Pas moins de 22 charges pèsent contre lui, dont la plus grave: "collusion avec l’ennemi". D’après le gouvernement américain, le jeune soldat a mis "sciemment" les Etats-Unis en danger. Ce dernier a reconnu dix chefs d’inculpation, mais affirme ne jamais avoir voulu nuire à son pays. "J’assume l’entière responsabilité de mes actions", avait-il déclaré lors d’une audience préliminaire. Le jeune homme voulait "être en paix" avec sa conscience. Il a également déclaré vouloir "provoquer un débat public sur les forces armées et la politique étrangère" des Etats-Unis.

"J’assume l’entière responsabilité de mes actions." Bradley Manning, Soldat américain 2. Comment se déroulera le procès?

2. Comment se déroulera le procès?

Le procès s’est ouvert devant une cour martiale située dans la base militaire de Fort Meade, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Washington DC (dans le Maryland). Il durera jusqu’au 23 août et est présidé par la Colonel Denise Lind. Manning avait désiré être jugé par une seule personne au lieu d’un jury militaire. Environ 150 témoins seront appelés à la barre, dont 24 s’exprimeront à huis clos. Parmi les ambassadeurs, responsables du renseignement et autres membres du Pentagone appelés à témoigner en toute discrétion, se trouvera l’un des membres du commando américain ayant participé au raid meurtrier contre Oussama Ben Laden en mai 2011. L’homme devra déclarer si le chef d’Al Qaïda était ou non en possession d’informations diffusées par Manning.

3. Quelle peine encourt Bradley Manning?

Le soldat Manning encourt la réclusion criminelle à perpétuité si l’intention de nuire à son pays ou d’aide à l’ennemi est reconnue contre lui. Après s’être déclaré coupable d’une dizaine de charges pesant contre lui, dont la possession et la diffusion de documents classés, Manning a vu la peine maximale qu’il encourt passer de 162 à 154 ans. La juge Lind lui a par ailleurs accordé une remise de peine de 112 jours après qu’il se soit avéré qu’il avait subi des conditions d’incarcération "plus rigoureuses que nécessaire" lors de son passage pendant neuf mois dans la prison de Quantico (Virginie).

4. Et Julian Assange dans tout ça?

Le fondateur de WikiLeaks n’est pas (encore) inquiété par la justice américaine. Réfugié depuis 2012 dans l’ambassade d’Equateur à Londres pour éviter son extradition vers la Suède (il y est accusé de viol), il a publié un éditorial dans le New York Times dimanche dernier. Le fil rouge de sa colonne: la nécessité de protéger les libertés civiles sur internet et les relations troubles entre le département d’Etat US et Google. Assange s’y indigne également du fait que 24 des témoins du procès Manning seront entendus à huis clos, tout en rappelant que cela fait trois ans que WikiLeaks fait l’objet d’une enquête du département de la Justice. Assange craint que s’il était extradé par le Royaume-Uni vers la Suède, celle-ci le mettrait à la disposition de la justice américaine. Autant dire que les Etats-Unis ont mis les petits plats dans les grands pour constituer un dossier à charge d’Assange. Il ne leur manque plus que l’accusé...

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés