"Mon dossier est vide, hormis une bêtise"

©BELGA

Serge Kubla raconte "l'affaire". L’ancien ministre (MR) dit ne pas être coupable de grand-chose. Sans ces 20.000 euros remis à celle qu'il a supposé être l’épouse de l’ancien Premier ministre congolais, son dossier serait vide, selon lui.

Une semaine après sa libération, Serge Kubla retrouve tout doucement ses esprits et réalise ce qui lui arrive. Inculpé pour corruption d’une personne exerçant une fonction publique dans un État étranger, l’ancien ministre wallon de l’Économie a passé deux jours et deux nuits à la prison de Saint-Gilles à Bruxelles avant d’être libéré jeudi dernier.

Contacté par nos soins, il se refuse à tout commentaire et ne veut surtout pas parler du fond de l’affaire. Mais il refuse tout soupçon d’évasion fiscale avec sa Socagexi Limited, sa société de consultance établie à Malte et qui lui permettait de facturer ses missions au groupe Duferco. "Je me défendrai le moment venu, je n’ai rien à me reprocher, car tout était déclaré", nous a-t-il confié. Il reconnaît avoir facturé un montant de 240.000 euros bruts par an au groupe sidérurgique italo-suisse. Mais il précise qu’il payait 5% d’impôts à Malte, puis 25% de précompte mobilier sur dividendes en Belgique.

Expérience pénible

Il regrette aujourd’hui la manière dont sa fin de carrière politique se déroule. "Je ne comptais de toutes façons pas me représenter aux futures élections communales et peu importe le moment de départ de la commune. Mais la manière dont cela se fait aujourd’hui est pénible et m’attriste", dit-il. Le désormais ex-bourgmestre de Waterloo a un peu perdu de sa flamboyance verbale. "C’est difficile de sortir la tête de l’eau après une telle expérience, mais c’est la vie", reconnaît-il. Selon des confidences qu’il a faites à certains membres de son entourage, il maintient avoir bien remis une somme de 20.000 euros à Chantal Muzito, l’épouse de l’ex-Premier ministre congolais, Alphonse Muzito, à l’hôtel Président de Bruxelles à titre d’acompte sur une somme évaluée à 500.000 euros.

Les 20.000 euros à un sosie

Car selon nos informations, il a bien des factures pour des services rendus par le clan Muzito en République démocratique du congo (RDC). Les factures visaient notamment des locations de voitures avec chauffeurs et des prises de rendez-vous. C’est d’ailleurs pour cette raison que quand on lui a téléphoné un jour pour lui demander d’aller dépanner l’épouse de l’ancien Premier ministre congolais qui s’est retrouvée sans argent à Bruxelles, il a accepté la mission.

Cette dernière devait aller faire des courses à Paris. Sa mission était donc de rendre service. Ce jour-là, arrivé à l’hôtel, il s’est retrouvé face à deux femmes africaines dont l’une lui a répondu être bien l’épouse de l’ancien Premier ministre congolais. Il a lui a remis l’enveloppe, la rencontre aurait duré en tout et pour tout deux minutes. Il regrette aujourd’hui "une bêtise" qu’il a commise à l’époque juste pour rendre service. Sans cette remise de somme, le dossier qui lui vaut aujourd’hui une inculpation et une sortie peu glorieuse de la vie politique serait vide. Aujourd’hui, on avancerait l’hypothèse d’un sosie de la femme de l’ancien Premier ministre…

Pourquoi donc le juge d’instruction, Michel Claise, l’a mis en détention si le dossier était aussi léger? Selon l’entourage de Serge Kubla, qui a aussi été député wallon pendant plus de 30 ans, le magistrat serait en croisade et tirerait du plaisir à mettre en détention provisoire de grands noms, qu’ils soient issus des milieux d’affaires ou politiques. On se rappelle qu’en 2012, il avait incarcéré préventivement deux patrons d’entreprises (Vincent Doumier, administrateur délégué de la Compagnie du Bois Sauvage; Luc Vansteenkiste, patron de Recticel et ancien président de la FEB) dans un dossier de délit d’initié. Aujourd’hui il se paie le scalp d’un homme politique.

Serge Kubla a trébuché, mais il n’est pas totalement abattu. L’homme partira, avec sa femme, pour quelques jours de repos dans les Îles Canaries. Le temps sera à la lecture et à l’introspection. L’objectif est de revenir revigoré pour livrer bataille dans un dossier qui laissera probablement des traces sur sa carrière.

[Suivez Philippe Lawson sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect