Chapeau bas Dominique!

Le Roi Philippe et la Reine Mathilde. Hockey

Aujourd'hui, on est vendredi, dernier jour de cette visite d'Etat au Canada. Le temps est magnifique, le soleil rayonne, mais il fait glacial, -7° ce matin.

Vers 9h vendredi, on a pris le bus pour aller visiter l'école Le Carignan, dans les quartiers moins chics de Montréal. Le big boss de l'équipe de hockey de Montréal, les Montreal Canadiens, soutien financièrement une fondation qui permet aux enfants défavorisés de faire du sport.

Et donc, on a vu ces petits gamins et gamines faire du sport. Je vous donne en mille lequel...

 

Non non, sur la photo, ce ne sont pas les enfants adoptifs du roi Philippe et la reine Mathilde, juste des petits Canadiens qui manient le stick dès le plus jeune âge. Même les filles aiment ça!

Et donc, le Roi aussi a été invité à planter un palet dans les filets, guidé par un des ex-joueurs des Montreal Canadiens, Steve Begin. Comme il n'avait pas ses patins à glace, on l'a gentiment laissé faire ça depuis le tapis rouge.

Un chouette moment, on avait tous les doigts gelés pour tweeter les exploits du Roi, mais c'est pas grave, on s'est réchauffés dans le bus.

Parce que mine de rien, l'école Le Carignan, elle est à une heure de route de l'hôtel. Alors, je me suis assise à côté de mon collègue d'RTL. Monsieur "Place Royale", Dominique Henrotte.

Un grand monsieur Dominique. Pas seulement en taille. Dans l'âme et dans le coeur. 

J'ai envie de vous parler de lui, parce que voyez vous, si cette visite d'Etat était ma première, pour lui ce sera sa dernière.

Non non, il ne part pas à la pension. Il n'a que 55 ans.

Dominique Henrotte fait partie du grand train des licenciements de RTL Group. Après 26 ans de boîte. Il a tenu à savoir quel serait son sort avant son départ pour le Canada. C'est donc le vendredi soir, deux jours avant le vol, qu'il a été mis au courant.

Dans l'avion, la reine Mathilde nous l'avait demandé: "Prenez soin de lui, soutenez-le." Alors voilà, je le fais, à ma manière.

Durant cette semaine, j'ai vu un homme qui n'a pas failli à sa tâche. D'autres auraient pu prendre leur job par dessus la jambe, aller vider des pintes plutôt que d'écouter les discours du Roi.

Mais non, notre collègue a assuré, la tête haute, le sourire aux lèvres même. Discret, posé, classe.

Le voilà d'ailleurs , en pleine action, perche à la main:

Dominique Henrotte

 

Un grand Monsieur, je vous dis. Oh, il m'a bien confié, à mes côtés dans ce bus, qu'il avait parfois le blues seul dans sa chambre d'hôtel, une fois que la pression retombe.

Mais dans l'action, on oublie tout. Ses soucis, sa vie, ses enfants. On connaît tous ça. Il n'y a plus que le regard qui cherche le bon plan, l'oreille qui se tend, capter le bon son, la bonne info, la belle histoire. Il a fait le job. Et moi je dis chapeau bas.

C'était ma première visite d'Etat, pour Dominique Henrotte donc, journaliste à Place Royale, ce sera la dernière.

Bon courage à toi, Dominique!

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content