Les 5 actions préférées d'Augustin Picquendar

Augustin Picquendar, co-gérant chez DNCA Invest Evolutif. ©rv

Augustin Picquendar est co-gérant de la gamme évolutive chez DNCA Investments.

Deutsche Börse

L’infrastructure de marché est passée du stade d’industrie à celui de plateforme technologique sans perdre ses barrières à l’entrée. Ce nouveau statut offre des opportunités en termes d’effets d’échelle et de réseaux. Deutsche Börse est le leader incontournable dans ce domaine: une technologie leader sur l’ensemble de ses marchés (bourses, marché de devises & obligataires, compensation & post-trade); un budget de R&D inégalé en Europe continentale; une force de frappe M&A sans égale sur le continent, un track record exemplaire dans l’intégration; un profil de croissance fort (5 à 7%) et un effet de levier bénéficiaire fort sur l’organique et l’expansion: 10 à 15% de croissance des BPA.

SAP

Le software d’entreprise est en train d’accomplir sa double révolution: s’installer dans le cloud et irriguer sous une seule interface l’ensemble des fonctions du business. SAP est devenu un acteur mondial incontournable. Sa capacité d’innovation n’a rien à envier aux groupes US avec 4 à 5 millions d’euros par an investis en R&D. Le groupe vient d’opérer sa mue technologique et commence à recueillir les fruits de son investissement sur sa nouvelle plateforme logicielle S4 et son offre cloud. La nouvelle offre devrait permettre une croissance des ventes de 10% par an pendant les prochaines années, avec une conversion bénéficiaire (15% de croissance des BPA) et cash encore jamais vue pour SAP.

Atos

Le leader européen de la transition digitale se traite toujours avec une décote de plus de 25% sur ses rivaux comparables et ce, malgré une amélioration aux États-Unis de la division Infrastructure (50% du chiffre d’affaires du groupe) impulsée par le nouveau management. 2020 devrait donc être une année de retour à la normale pour Atos avec une accélération de la croissance organique autour de 2,2%. La politique de M&A devrait également se concentrer sur des actifs de cybersécurité à plus forte croissance et plus forte valeur ajoutée. Nous considérons Atos comme un cas typique d’investissement value.

DSM

©ANP XTRA

Les changements intervenus en termes de politique commerciale et de R&D confortent le maintien d’une croissance organique élevée. Le changement de management en 2017 dans la nutrition animale a conduit à une spécialisation de la force de vente, ce qui se traduit par des gains de parts de marché. La R&D est mieux ciblée: DSM concentre ses efforts sur un nombre réduit de projets. La division Materials a rassuré en 2019 avec un ebit stable sur 9 mois. Les craintes sur la cyclicité de l’activité semblent donc exagérées et la division a démontré sa résilience, ce qui nous semble ouvrir à la voie à une cession ou à une spin-off au cours de l’année 2020.

LVMH

À l’image d’un excellent champagne, LVMH se distingue par l’assemblage constant de cépages prestigieux, un réinvestissement obsessionnel dans l’amélioration de la qualité des produits et de leur profitabilité, une qualité régulière des résultats au fil des années, obtenue grâce à la diversification du groupe. Désormais leader mondial incontestable, le groupe dispose d’une puissance de feu marketing et M&A sans égale dans le secteur. Valorisé à 13x l’EV/Ebitda 2020, le dossier reste attractif. Il nous paraît être le véhicule d’investissement aujourd’hui le mieux géré pour s’exposer à la thématique du luxe et à la montée en gamme de la consommation des classes moyennes.

Lire également

Publicité
Publicité