Publicité
Publicité

Les 5 actions préférées de Bart Baetens

©Dries Luyten

Bart Baetens est chief investment officer chez Quaestor.

The Walt Disney Company

Cette année, The Walt Disney Company a produit trois des quatre films cinématographiques les plus rentables et les parcs d’attraction tournent à plein rendement. La division réseaux de médias affiche cependant des résultats inférieurs aux attentes, alors que de nombreux Américains résilient leur abonnement au câble au profit d’autres fournisseurs de contenus comme Netflix. L’an prochain, Disney lancera son propre service de streaming qui proposera notamment les contenus des studios 21st Century Fox (Avatar, The Simpsons), que le groupe a récemment repris. Cela devrait permettre de compenser la baisse du chiffre d’affaires des chaînes de télévision traditionnelles.

Aumann

La société allemande Aumann produit des machines pour l’enroulage de bobines utilisées dans les moteurs électriques. Elle a été introduite en Bourse avec succès au début 2017, avec le soutien de sa maison mère, le holding MBB. Vu l’important mouvement de reconversion de l’industrie automobile vers la production de véhicules électriques, nous nous attendons à une nette hausse du chiffre d’affaires d’Aumann au cours des prochaines années. Pour le premier semestre, l’entreprise affichait déjà une augmentation de 36% de son chiffre d’affaires. Par ailleurs, elle dispose de 100 millions d’euros de réserves sur son bilan, ce qui lui permet de renforcer sa croissance interne et externe.

Tencent

Créée en 2004, la société technologique chinoise Tencent est devenue rapidement l’un des groupes les plus prisés en Asie. En plus d’un réseau social comptant plus d’un milliard d’utilisateurs, Tencent dispose également de la plus importante division de jeux en ligne au monde, ainsi que la très populaire plate-forme WeChat Pay. Grâce à ce système de paiement mobile, des millions de Chinois sont passés directement du cash aux paiements mobiles. Le holding souhaite continuer à investir dans les nouvelles technologies, y compris en dehors de la Chine. Il détient à cette fin des participations dans des sociétés cotées telles que Tesla et Ubisoft.

Balta

Balta sort d’une année très difficile. Suite à des problèmes de production, à une baisse de la demande de tapis au Royaume-Uni et à l’impact négatif des cours de change, la société a dû lancer plusieurs avertissements sur résultats. Vu l’absence d’amélioration au cours du dernier trimestre, le CEO a dû démissionner. Grâce à l’optimisation du processus de production et une légère baisse de la charge d’intérêts, l’entreprise devrait progressivement redresser ses marges bénéficiaires. Dans ce contexte, Balta pourrait s’avérer être une cible intéressante pour un repreneur capable de refinancer la dette à des conditions (beaucoup) plus intéressantes.

NN group

Après la reprise de Delta Lloyd en 2017, NN est devenue la plus grande société d’assurance-vie des Pays-Bas. L’intégration se déroule sans le moindre problème et les synergies attendues à l’horizon 2020 ont été relevées de 150 à 400 millions d’euros. Cette année, NN a également acquis les divisions tchèque et slovaque d’Aegon pour 155 millions d’euros. Le ratio de capitalisation de 226% est excellent et, à la suite à l’intégration rapide de Delta Lloyd, on peut s’attendre à d’autres acquisitions ou à une hausse du dividende, éventuellement en combinaison avec un programme de rachat d’actions propres.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité