Les 5 actions préférées de Guy Sips

©Dries Luyten

Guy Sips est analyste chez KBC Securities. Ses cinq actions préférées sont : Barco, Agfa-Gevaert, EVS, Kinepolis et Resilux.

Barco

Le cours de Barco a réagi très négativement à l’annonce de résultats semestriels quelque peu décevants. Même si la crise de la covid-19 a fortement pesé sur le segment des projecteurs pour cinémas et grands évènements, Barco devrait profiter de la « nouvelle normalité » post-Covid via son nouveau produit Clickshare Conference.

Un autre segment porteur dans le cadre de la crise est weConnect, une solution permettant d’organiser des cours à distance. La division soins de santé pourrait devenir un des principaux piliers du groupe en 2020. La demande tant en imagerie médicale à des fins diagnostiques qu'en radiologie à distance a augmenté. Les hôpitaux ne pourront pas reporter à l’infini leurs investissements dans la digitalisation.

Agfa

©BELGAIMAGE

Agfa a récemment vendu une partie de sa division HeathCare IT pour 975 millions d’euros. Le nouveau patron, le Français Pascal Juéry, pose ainsi la première pierre du nouvel édifice Agfa. Il a pris en main le problème des pensions, a déjà passé au crible la division – en perte de vitesse – des plaques d’impression (en fermant deux usines) et il investit dans l’innovation.

Sous la pression de l’actionnaire principal Active Ownership, nous attendons des nouvelles plus tard dans l’année sur une forme de rémunération des actionnaires. Un vaste programme de rachat d’actions propres nous paraît l’option la plus réaliste.

EVS

Les trois piliers sur lesquels s’appuie EVS – serveurs pour émissions en direct, équipements pour évènements «live» et location de matériel pour grands évènements – souffrent de la crise du coronavirus. Suite à la pandémie, EVS constate une demande beaucoup plus soutenue de serveurs contrôlés à distance. C’est pourquoi l’entreprise investit davantage dans ce type de solution. Par ailleurs, nous pensons que le rachat de l’entreprise néerlandaise Axon est une excellente opération. Axon est active dans les infrastructures de réseaux pour les médias. EVS peut ainsi offrir des solutions pour l’ensemble du cycle de vie d’une production en «live». Alors qu’EVS a supprimé son dividende, le groupe continue imperturbablement à racheter ses propres actions.

Kinepolis

Kinepolis survivra à la crise du coronavirus. Près de 80% des coûts sont variables. Contrairement à ses concurrents, Kinepolis est propriétaire de la plupart de ses immeubles et les échéances des dettes du groupe sont longues.

Récemment, Disney a cependant lancé une petite bombe dans le monde du cinéma en organisant en septembre la première de son film «Mulan» sur sa plate-forme de streaming au lieu des salles obscures. Nous ne pensons cependant pas que l’exclusivité pour les cinémas disparaîtra rapidement. Nous restons convaincus de la valeur fondamentale des salles de cinéma dans le cycle d’amortissement d’un film.

Resilux

En principe, Resilux n’est pas très touché par le coronavirus. La baisse des prix du pétrole a réduit les prix des matières premières pour ce fabricant de bouteilles en PET, même si cet avantage a été répercuté sur les clients. Par ailleurs, le groupe ne doit plus comptabiliser de frais de démarrage pour ses deux nouvelles usines et s’attend à une hausse des volumes. Autre point intéressant, Resilux a déjà investi plus de 25 millions d’euros dans une usine de recyclage en Suisse et profitera du récent renforcement des directives européennes dans ce domaine. La nouvelle production ayant atteint sa vitesse de croisière, nous nous attendons à ce que cette hausse des volumes se traduise dès 2020 par une amélioration des résultats.

Lire également

Publicité
Publicité