Les 5 actions préférées de Johan Braem

©RV-DOC

Découvrez le choix de Johan Braem, analyste chez Solidus Capital, qui a notamment été séduit par deux actions danoises.

Vestas[[urn:issue:260014782]]

Cette entreprise danoise est le plus grand producteur de turbines éoliennes. Le cours de l’action a quelque peu souffert suite aux craintes de voir le nouveau président américain faire obstacle au secteur. Dans leur quête d’indépendance énergétique, les Américains ont besoin d’énergie éolienne, tout comme le reste du monde. Le redressement de Vestas s’est révélé un succès: les commandes et les bénéfices sont en hausse depuis trois ans. Tout cela se traduit par un renforcement du bilan – qui affiche une trésorerie positive – et par une valorisation acceptable (ratio cours/bénéfice: 17).

Novo Nordisk[[urn:issue:220117911]]

Cette entreprise danoise est le plus grand producteur d’insuline et ne doit tenir à l’œil que Sanofi et Eli Lilly (mais elle a une bonne longueur d’avance). Ces derniers mois, le cours de l’action a reculé parce que le secteur pharma s’est retrouvé sous la pression des États cherchant à réduire leurs dépenses, et parce que les estimations optimistes de croissance (+ 10% par an) ont été ramenées à un niveau de 5%. Le marché offre malgré tout d’énormes perspectives de croissance, notamment "grâce à" l’augmentation de l’obésité dans les pays émergents. L’entreprise bénéficie aussi d’un bilan solide, d’une trésorerie nette positive et d’une valorisation raisonnable de 16 (ratio cours/bénéfice).

Vinci[[urn:issue:360115975]]

Cette action représente une forme de pari sur la politique française. En soi, Vinci est une entreprise très stable, qui n’a enregistré aucune baisse de ses bénéfices au cours des dix dernières années (y compris pendant la crise de 2008-2009). La raison? Le gros de ses revenus vient des péages autoroutiers en France, peu sensibles à la conjoncture. Quel que soit le président élu, ce dernier stimulera l’économie nationale, avec en priorité des projets d’infrastructure et de construction. Vinci est parfaitement positionné pour en profiter. Si nous faisons abstraction du financement à long terme des autoroutes, le bilan est solide, l’entreprise distribue un dividende de 3% et a un ratio cours/bénéfice de 14.

Helmerich & Payne[[urn:issue:330016257]]

Le secteur pétrolier est un must car les grands producteurs souhaitent à tout prix augmenter les prix. En raison de la faiblesse des prix ces dernières années, les investissements ont été drastiquement réduits, ce qui devrait peser sur la production, alors que l’on s’attend à une hausse de la demande d’au moins 10% dans les années à venir. Nous avons opté pour un loueur américain de plates-formes de forage on-shore parce que nous pensons que les Etats-Unis souhaitent réduire leur dépendance envers les importations de pétrole et donc devraient encourager le pétrole de schiste. H & P est leader dans son secteur, dispose des meilleurs équipements et affiche un bilan avec un excédent net de trésorerie.

BMW[[urn:issue:480122062]]

En Occident, l’industrie automobile n’est plus considérée comme un secteur en croissance, mais même dans un marché de remplacement, il est possible de progresser. Ailleurs dans le monde, la vente annuelle de 75 millions de voitures pourrait à terme augmenter le parc automobile mondial de 1,1 à 1,5 milliard d’unités au minimum. Les marques premium comme BMW (Audi et Mercedes) sont à peine sensibles à l’évolution des prix et bénéficient d’une clientèle fidèle. De plus, BMW a un actionnariat familial solide et est peu endetté. Le dividende brut est proche de 4% et l’action se négocie à un ratio cours/bénéfice (avantageux) de 8. BMW est une valeur de base pour tout portefeuille.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content