Les 5 actions préférées de Patrick Nollet

©Dries Luyten

Patrick Nollet est directeur de la VFB, la Fédération flamande des investisseurs.

Fagron

Fagron (ex-Arseus) a pris à contrepied les "shorters", les spéculateurs qui misent sur une baisse du cours, en annonçant des résultats semestriels meilleurs qu’attendu. La hausse du chiffre d’affaires est supérieure aux attentes, avec une nette accélération de la croissance au cours du deuxième trimestre. Les dettes ont augmenté suite à l’acquisition de la société américaine Humco, mais restent bien en deçà des engagements de l’entreprise envers les banques. Par ailleurs, Fagron engrange suffisamment de liquidités. L’action n’est pas vraiment bon marché, mais si la construction de la nouvelle usine à Wichita et l’intégration d’Humco se déroulent comme prévu, elle recèle certainement encore un beau potentiel.

HelloFresh

HelloFresh, spécialisée dans la livraison à domicile de boîtes-repas, n’a été créée qu’en 2011. En novembre 2017, elle a été introduite en Bourse au prix de 10,25 euros par action. Le cours a récemment essuyé un coup dur suite à des prévisions alarmistes. HelloFresh compte près de 2 millions de clients dans 10 pays, dont près de la moitié aux USA. Actuellement, l’entreprise affiche une croissance de près de 50%. Le cours est très volatil (risque élevé!) et la concurrence n’est pas en reste. Rocket Internet, le holding qui détient notamment des participations dans Zalando, Delivery Hero et Home24, est également actionnaire de HelloFresh à hauteur de 24,36%. Un pur investissement dans l’idée et le concept.

Smartphoto

Un autre acteur internet est le groupe spécialisé en photos de Wetteren, Smartphoto. L’entreprise, née des cendres de Spector, affiche aujourd’hui un bilan sain, a enregistré l’an dernier un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros et est rentable. Elle se concentre sur les produits à marge élevée (par exemple les livres de photos). Nous pensons qu’il n’est pas exclu que l’entreprise réalise un bénéfice de 5 millions d’euros. Cela signifie que l’action pourrait se négocier à à peine plus de 10 fois les bénéfices. Si vous décidez d’acheter l’action, fixez des limites, car il s’agit d’une très "petite" action. Seules 4 millions d’actions sont en circulation, dont la moitié sont détenues par de grands actionnaires dont Marc Coucke.

Cofinimmo

Cela ne fait jamais de tort d’intégrer des actions "sûres" – pour autant qu’elles existent – au sein d’un portefeuille. C’est possible via Cofinimmo. Les résultats semestriels de la SIR ne recèlent aucune surprise et les estimations – soit un dividende brut de 5,5 euros par action et un résultat courant de 6,51 euros par action – ont été confirmées. Le groupe a réalisé d’importants investissements dans des maisons de soins, ce qui porte à 49% la part de ce secteur dans le portefeuille du groupe. Certains rêvent tout haut que Cofinimmo augmente son objectif de 50% à 60%, ce qui ferait baisser le précompte mobilier à 15%. Nous n’en sommes pas encore là, même s’il faut reconnaître que cet élément pourrait soutenir le cours.

KBC Ancora

Les résultats semestriels de KBC sont bons, mais sans surprise. L’intérêt des investisseurs se tourne dès lors vers les "peers" (actions du même secteur), qui ont positivement surpris. Avec un ratio cours/bénéfice estimé de 10, l’action KBC n’est pas chère. Nous préférons cependant le monoholding KBC Ancora. La valeur intrinsèque de KBC peut être calculée comme suit: 0,99 x cours de KBC – 3,8 euros = 59,46 euros. Décote: 23,7% et un rendement attrayant de 4% net (5,7% avec l’exonération du précompte mobilier à concurrence de 640 euros brut).

©Dries Luyten

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content