Les 5 actions préférées de Pieter Tobback

Le choix de Pieter Tobback, gestionnaire chez Van Lanschot.

Roche

L’entreprise pharmaceutique suisse Roche est bien positionnée dans le secteur du diagnostic et des médicaments contre le cancer. Roche continue à mettre sur le marché de nouveaux médicaments, comme Tecentriq. En mars dernier, le cours de l’action a fait un nouveau bond de 7% après l’annonce de résultats positifs d’une étude clinique concernant son blockbuster Herceptin, en association avec un médicament plus récent, Perjeta. Roche est également très bien positionnée dans le segment du diagnostic, qui représente près de 25% de son chiffre d’affaires. Roche se négocie à un ratio cours/bénéfice estimé de 16 et affiche un rendement du dividende de 3%.

Qualcomm

Les flux de trésorerie de Qualcomm sont boostés par les revenus de licences. Grâce à ses brevets, l’entreprise informatique américaine occupe une position dominante dans la technologie 3G et 4G. Malgré les récentes critiques – tant des autorités que d’entreprises comme Apple – nous estimons que ce modèle financier pourra se maintenir dans le futur. Qualcomm produit également des puces pour smartphones, une industrie beaucoup plus concurrentielle. L’action se négocie à un ratio cours/bénéfice estimé de 11. L’entreprise a distribué l’an dernier 7 milliards de dollars à ses actionnaires, sous forme de dividende et de rachat d’actions, ce qui représente un rendement de près de 9%.

AB InBev

Le géant brassicole AB InBev combine une excellente allocation de ses capitaux avec une organisation opérationnelle très efficace. Cinq des dix plus importantes marques de bière au monde sont aux mains d’AB InBev. Le management d’AB InBev surveille attentivement ses flux de trésorerie. AB InBev transforme chaque année près de 30% de son chiffre d’affaires en flux de trésorerie libres. Par comparaison: le numéro deux du marché, Heineken, ne dépasse guère 10%. Les ratios du fonds de roulement sont pour la plupart meilleurs que ceux de ses concurrents. Aujourd’hui, les actionnaires bénéficient d’un rendement du dividende de 3%.

Novo Nordisk

Avec une part de marché de 30%, Novo Nordisk domine encore le marché de l’insuline. L’entreprise – et l’action – sont sous pression depuis plusieurs mois. En 2015 et au début de 2016, l’action flirtait avec la limite des 400 couronnes danoises. Aujourd’hui, elle se négocie à 253 couronnes. Nous continuons cependant à croire au positionnement à long terme et au pipeline de Novo. Le bilan de Novo ne comporte aucune dette. Nous pensons qu’une partie des flux de trésorerie continuera d’être redistribuée aux actionnaires, sous forme de rachat d’actions et d’une éventuelle hausse du dividende. Novo Nordisk se négocie à un ratio cours/bénéfice de 15 et affiche un rendement du dividende de 3,6%.

Nike

Le secteur retail de l’habillement est une industrie très concurrentielle. La marque Nike l’a appris à ses dépens, en particulier aux Etats-Unis, où elle est confrontée à la concurrence féroce d’Adidas. Les perspectives – basées sur le carnet de commandes – sont d’ailleurs assez moroses. Nike ne doit rien changer en matière d’image de marque, d’innovation continue, de marketing intelligent et d’efficacité de sa production. À l’avenir, Nike devrait être en mesure de réaliser des marges d’exploitation supérieures à 13% et d’afficher un rendement sur capitaux (ROIC) acceptable. Nous voyons les récentes incertitudes comme une opportunité d’entrée. Nike se négocie actuellement à un ratio cours/bénéfice de 23.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content