Les 5 actions préférées de Rudy De Groodt

©BNP Paribas Fortis

Rudy De Groodt est senior equity specialist chez BNP Paribas Fortis.

Cofinimmo

Cofinimmo , la plus grande Société immobilière réglementée (SIR) belge, est active en Belgique, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas. La nouvelle et ambitieuse équipe de management joue à fond la carte de la forte croissance et du caractère défensif de l’immobilier de soins, tout en améliorant l’équilibre de son portefeuille de bureaux à Bruxelles. Depuis la dernière acquisition, l’immobilier de soins représente 54% du portefeuille, un chiffre proche des 60% exigés pour bénéficier d’un précompte mobilier réduit (15%). Le bilan est solide, le dividende peut à nouveau être augmenté et le rendement du dividende est élevé (environ 5%). Enfin, la valorisation de l’action est encore intéressante.

Sanofi

©sanofi
Sanofi est une société pharmaceutique française d’envergure mondiale, active dans les vaccins, les médicaments OTC, ainsi que les traitements et médicaments sur prescription. Elle se focalise de plus en plus sur les maladies rares et les médicaments innovants (via Regeneron/acquisition d’Ablynx et de Bioverativ). Après trois années décevantes, nous nous attendons à une reprise de la croissance du chiffre d’affaires et des bénéfices, grâce à des médicaments spécialisés à marge élevée et aux réductions de coûts. Le nouveau management se montre ambitieux et le bilan est très solide. La valorisation est beaucoup trop basse et l’action génère un beau rendement du dividende (+/-4%).

Corbion

L’entreprise néerlandaise Corbion est un producteur innovant d’ingrédients alimentaires naturels, de produits biochimiques et de bioplastiques. Ces produits, récemment fabriqués à base d’algues, lui permettent de se positionner comme un acteur bio. Après une reprise de la division boulangerie et une croissance accélérée des bioplastiques, les produits biochimiques sont une perle sous-évaluée. La croissance des bénéfices sous-jacents est encore freinée par les pertes liées à la R&D qui devraient sensiblement baisser à partir de l’an prochain. L’entreprise est bien positionnée pour réaliser des acquisitions et pourrait, suite à l’arrivée du nouveau CEO, créer davantage de valeur.

Ericsson

La société suédoise Ericsson , acteur mondial dans l’infrastructure et les services de télécoms mobiles, pourrait profiter de la migration de la 4G vers la 5G, une transition susceptible de s’étendre sur plusieurs années. En d’autres termes, il s’agit du déploiement de la dernière génération (ultrarapide et puissante) de l’internet mobile, indispensable au déploiement de nombreuses technologies "disruptives". Non seulement la croissance et la forte augmentation des marges sont sous-estimées par le marché, mais la probabilité que l’entreprise atteigne plus rapidement ses objectifs de marges est élevée. Malgré la belle remontée du cours, nous estimons que l’action recèle encore un beau potentiel.

Atos

Dans les prochaines années, le fournisseur français de services informatiques Atos devrait profiter de la transformation numérique des entreprises. L’action se négocie avec une décote injustifiée par rapport à ses concurrents. Hors valeur boursière du solde de sa participation dans le groupe de paiements Worldline et tenant compte d’une valeur équitable pour la branche Big Data & Cybersecurity, qui sera probablement mise en Bourse l’an prochain, les investisseurs ne doivent pas débourser grand-chose pour les véritables services IT. Les excellentes (et rassurantes) perspectives opérationnelles pour 2019 ainsi que la hausse potentielle de la création de valeur contribuent à soutenir le cours.

Lire également

Publicité
Publicité