Les 5 actions préférées de Sam Adams

Sam Adams est Investment Officer pour société de Bourse Lawaisse. Quelles sont ses actions chouchous?

Ericsson

Ericsson est le leader mondial des équipements de communication sans fil. L’entreprise joue un rôle de plus en plus important dans le déploiement de la technologie 5G. Même si le calendrier reste incertain, il est clair que de plus en plus de pays sont prêts à mettre en place l’infrastructure 5G, indispensable notamment pour les voitures autonomes. Dans ce domaine, Ericsson fait surtout face à la concurrence chinoise. Les récents remous sur l’éventuel espionnage par Huawei jouent clairement à l’avantage des firmes européennes. Les résultats du premier trimestre étaient supérieurs aux attentes et sont prometteurs pour le reste de l’année.

VGP

Sous la direction de son CEO Jan Van Geet, ce promoteur immobilier se profile comme une action de croissance. VGP n’est pas obligé de distribuer au moins 80% de ses bénéfices. Il n’a pas besoin d’augmenter son capital et a pour ambition de rehausser son dividende les trois prochaines années. Lancé en Tchéquie, il est aujourd’hui présent dans 12 pays européens et est surtout actif en Allemagne. Il surfe sur la vague du commerce en ligne et a convaincu Amazon de devenir client. Sur ses sites stratégiques, VGP affiche un taux d’occupation de plus de 99%. Sa joint venture avec Allianz lui assure des revenus locatifs récurrents. VGP compte s’implanter en Scandinavie et en France.

Tessenderlo

L’achat de cette action implique que vous ayez confiance dans la vision de l’actionnaire principal de Tessenderlo, Luc Tack, qui continue à augmenter sa participation (43% actuellement). Le CEO veut transformer l’entreprise en groupe chimique "vert". En 2015, la tentative de fusion avec Picanol a échoué, mais ce n’est que partie remise. En 2018, l’entreprise a vu son bénéfice d’exploitation diminuer légèrement suite à la baisse du dollar et du prix des graisses. Tack se concentre sur le long terme et a investi dans l’acquisition de la centrale électrique T-Power. L’entreprise est peu endettée, affiche un rendement sur fonds propres de 14% et l’action peut être achetée à 1,9 fois sa valeur comptable.

Resilux

Ce producteur flamand de bouteilles en PET de la famille De Cuyper a traversé quelques années difficiles. En 2016, l’entreprise a été sortie de la joint venture prometteuse Airolux et a manqué une acquisition par le groupe d’investissement BainCapital à 190 euros. Resilux a alors décidé de se concentrer sur sa croissance organique. Les investisseurs restent sceptiques et craignent une aversion croissante envers l’usage du plastique, malgré le développement des activités de recyclage. Ce pessimisme permet d’acheter l’action à 13 fois les bénéfices de cette entreprise peu endettée, qui dispose d’un programme de rachat d’actions propres et qui affiche un rendement sur fonds propres de 15%.

Tubize

Tubize est le holding via lequel les actionnaires familiaux du groupe pharmaceutique UCB contrôlent 35% du capital. Tubize reçoit chaque année davantage de revenus de dividendes qu’elle n’en distribue, ce qui fait augmenter sa valeur intrinsèque. Sa décote se montait récemment à 45%. Ses résultats dépendent des performances d’UCB. Les investisseurs font preuve d’une certaine nervosité suite à l’échéance prochaine des brevets de quelques blockbusters, mais le management semble réussir à maintenir la marge du bénéfice d’exploitation aux alentours de 30%. L’entreprise reste une proie potentielle, affiche un bilan solide et l’action peut être achetée à moins de 15 fois les bénéfices.

Lire également

Publicité
Publicité