Les 5 actions préférées de Sandra Vandersmissen

©RV DOC

Sandra Vandersmissen, Senior Equity Specialist (BNP Paribas Fortis Private Banking), nous livre son top 5 actions.

Merck KGaA

Après la correction enregistrée, nous sommes redevenus positifs envers le secteur pharmaceutique. La valorisation est acceptable et les investisseurs tiennent aujourd’hui compte de la hausse de la pression sur les prix aux USA. Les rendements du dividende sont aussi attrayants. Vu les incertitudes qui demeurent dans le contexte de la campagne présidentielle américaine et de son impact potentiel sur le secteur, une action comme celle de la société allemande Merck KGaA pourrait représenter une solution élégante, d’autant que l’action est bon marché, soit 15 fois les bénéfices estimés pour 2016.

Bolloré

Le cours de l’action du holding de Vincent Bolloré a beaucoup souffert (-17% depuis le début 2016 et -40% depuis le pic de l’an dernier) et se négocie avec une décote de 20%. C’est beaucoup trop. Bolloré contrôle toutes ses participations. Si nous tenons compte de cette situation d’autocontrôle (le groupe Bolloré détient 35% de la Financière de l’Odet, qui contrôle elle-même Bolloré) et de l’engagement de simplification de cette structure par M. Bolloré (avant 2022?), la décote est supérieure à 35%. Avec la récente reprise du prix du pétrole, les perspectives économiques en Afrique s’améliorent. Nous sommes également positifs envers le pôle médias du groupe, en particulier envers sa filiale Havas (agence de publicité), et, à long terme, nous avons une vision favorable de Vivendi.

DSM

DSM est l’une des stars de la Bourse en 2016, et ce phénomène n’est pas neuf. Nous nous tenons donc fermement à notre avis. Nous disposons encore d’un potentiel de 10% par rapport à notre objectif de cours (conservateur) de 59 euros. Les résultats du premier trimestre sont plus que rassurants (hausse de 19% des cash flows opérationnels, augmentation de la marge de 180 pb). À l’horizon 2018, les cash flows opérationnels devraient augmenter de 5 à 10% par an et le cours devrait bénéficier de l’impact favorable de l’augmentation de la valorisation de la division Nutrition et de la hausse des réserves de capitaux. Enfin, DSM reste, au vu de la tendance à la consolidation dans le secteur, une cible de reprise potentielle.

Ackermans & van Haaren

Le cours d’AvH (115 euros) a sous-performé le marché boursier en 2016 (-15%). C’est logique, vu la mauvaise performance (-23%) de sa filiale CFE, détenue à hauteur de 60,4%, suite au recul des activités de dragage de Deme. Nous estimons le cours de CFE sous-évalué. AvH est aussi actif en private banking et en private equity, et ses autres participations cotées (Sipef, Leasinvest) se sont bien comportées en Bourse. Nous estimons la valeur intrinsèque du groupe à plus de 130 euros, ce qui signifie qu’AvH se négocie actuellement avec une décote. Notre objectif de cours est de 140 euros, ce qui représente un potentiel de hausse de 20%.

Proximus

Avec un rendement du dividende de plus de 5%, l’action offre une occasion de diversification idéale pour ceux qui souhaitent percevoir des revenus en cash. Ensuite, depuis son plus haut niveau de l’an dernier à 36 euros, le cours est retombé à 28 euros, ce qui représente un prix attrayant. Enfin, les résultats sont totalement conformes aux attentes. Proximus confirme ses attentes en termes de cash flow opérationnel: de stable à légèrement en hausse pour 2016. L’environnement concurrentiel sera certes plus difficile, mais Proximus se défend en investissant dans l’amélioration de son réseau (fibres de verre) et en poursuivant son programme de réduction des coûts.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content