Les 5 actions préférées de Werner Smets

©RV-DOC

Découvrez le choix de Werner Smets, gestionnaire de fonds chez Vector Asset Management.

Qantas Airways

Même si le secteur du transport aérien a souffert des attentats terroristes, il est possible d’y trouver de bonnes opportunités d’investissement. Qantas Airways jouit de la réputation d’être la société la plus sûre du secteur sur le plan de la sécurité. Au dernier trimestre, le groupe a réussi à surprendre positivement les analystes en augmentant fortement son chiffre d’affaires. Il a par ailleurs utilisé son abondant cash flow pour racheter ses propres actions à hauteur de 500 millions de dollars. Nous pensons que les bons résultats sont éclipsés par le malaise général dont souffre le secteur, et nous nous attendons à voir Qantas bien positionné pour profiter de la reprise.

Nike

Dans le secteur très concurrentiel des articles de sport, Nike a réussi, en 52 années d’existence, à conserver sa position de leader. Il y a quelques mois, les investisseurs ont mis en doute la position dominante de Nike après la publication d’une estimation de chiffre d’affaires revue à la baisse. Depuis la publication des résultats, le cours a sensiblement baissé, ce qui rend l’action relativement bon marché. Malgré des résultats quelque peu décevants, le groupe présente un bilan très solide. Enfin, Nike est un investissement idoine pour ceux qui souhaitent investir indirectement dans les marchés émergents, où la marque connaît une belle progression.

Pepsico

Contrairement à Coca-Cola, Pepsico exerce un contrôle actif sur ses usines d’embouteillage. Elle dispose ainsi d’un important levier pour réaliser des synergies. Le véritable secteur qui différencie Pepsi est la division snacks – très rentable – qui a cartonné l’an dernier, en particulier aux Etats-Unis. Même si elle ne représente "que" 27% du chiffre d’affaires, elle est responsable de près de 50% du bénéfice opérationnel. Si d’aucuns plaident pour une scission de la division snacks, la structure de holding permet à Pepsi de bénéficier d’une forte position de négociation envers ses fournisseurs. Le profil très défensif de Pepsico est la cerise sur un gâteau déjà très appétissant.

Vodafone Group

Vodafone occupe la plupart du temps une position dominante dans plus de 70 pays où elle est active. L’entreprise a récemment mis en place une structure lui permettant de renforcer ses parts de marché en Nouvelle-Zélande. Sur le plan des acquisitions, Vodafone n’en est pas à son coup d’essai. Ainsi, récemment, elle a repris les sociétés Kabel Deutschland et Ono. Même si Vodafone a payé un goodwill important lors de la plupart de ses acquisitions stratégiques, elle dispose aujourd’hui d’un réseau unique qui lui permet de réaliser d’importantes synergies. Nous pensons que ces synergies ne sont pas suffisamment intégrées dans le cours de l’action.

Johnson & Johnson

Johnson & Johnson comprend trois divisions: produits de consommation (19%), produits médicaux (36%) et pharmacie (45%). Il y a 18 mois, J & J a indiqué qu’elle envisageait de lancer, d’ici 2019, une dizaine de nouveaux produits ayant chacun un potentiel de 1 milliard de dollars de chiffre d’affaires. Bien que la pharmacie reste le moteur de l’entreprise, J & J essaie de développer les autres segments. Fin 2015, la société a vendu une filiale de sa division de produits médicaux, moins rentable, pour se concentrer sur les segments à plus forte croissance. Parallèlement, Vogue International, un producteur de produits capillaires, a été repris pour 3,3 milliards de dollars.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content