Les cinq actions préférées de...

©BELGAIMAGE

Pascale Nachtergaele qui gère, avec Rik Dhoest, les fonds Nagelmackers Equity Small & Mid Cap et Nagelmackers European Real Estate.

VGP

VGP acquiert, développe et gère de l’immobilier logistique du segment supérieur, principalement en Allemagne, en Europe de l’Est et en Espagne. Le groupe est également bien positionné pour tirer parti de la croissance du commerce en ligne et dispose d’un beau pipeline de projets de développement. Grâce à sa coentreprise avec Allianz, la volatilité des revenus du groupe est réduite et le capital investi est recyclé. Il peut donc être alloué à de nouvelles opportunités de croissance. VGP ambitionne de devenir un promoteur paneuropéen et a récemment franchi les premières étapes pour s’introduire sur les marchés néerlandais et italien.

Ahold Delhaize

Pour les trois prochaines années, la stratégie d’Ahold Delhaize consiste à maintenir la croissance de son chiffre d’affaires et à augmenter ses parts de marché. On s’attend à ce que la marge d’exploitation reste stable. Le groupe souhaite doubler le chiffre d’affaires de ses ventes en ligne à 7 milliards d’euros d’ici 2021. Pour y arriver, il reste un long chemin à parcourir, en particulier chez Peapod et Stop & Shop aux Etats-Unis. Par ailleurs, Ahold Delhaize souhaite jouer un rôle de premier plan dans la consolidation attendue sur le marché américain. Le management estime qu’il existe encore des possibilités de réduire les coûts. Le nouveau programme de rachat d’actions devrait continuer à soutenir le cours de l’action.

Barco

Pascale Nachtergaele ©Thierry Roge

Le groupe technologique dispose d’un solide portefeuille de produits dans des marchés de niche prometteurs comme le cinéma digital, ClickShare et les soins de santé. Au cours des prochaines années, on s’attend à une augmentation progressive de la marge des cash flows opérationnels. La croissance continue de ClickShare, la poursuite de la vague de remplacement dans le cinéma digital, le succès de la nouvelle plateforme UniSee dans la division control rooms et le développement des salles d’opération numérisées dans la division healthcare devraient permettre au groupe d’atteindre ses objectifs. L’abondante trésorerie nette constitue un atout supplémentaire.

Aedifica

Suite au rachat d’un portefeuille immobilier dans le secteur des soins au Royaume-Uni, Aedifica fait son entrée dans un nouveau pays, aux côtés de la Belgique, de l’Allemagne et des Pays-Bas. Le Royaume-Uni représente un des plus grands marchés en Europe et est encore très fragmenté. Le groupe a l’ambition de devenir un acteur européen dans l’immobilier de soins. Le taux d’occupation – élevé et stable – et les contrats de longue durée confèrent au groupe un profil défensif. La vente d’appartements non stratégiques permet de libérer des moyens financiers pour investir dans de nouveaux projets. À court terme, le groupe compte augmenter ses moyens par le biais d’une augmentation de capital.

Renault

La nomination d’un nouveau management devrait permettre à Renault de rétablir les relations avec son partenaire Nissan. Après une année 2018 difficile, nous nous attendons à de meilleurs résultats en 2019, grâce notamment au lancement de nouveaux modèles, dont la nouvelle Clio. De plus, la mise en place d’une nouvelle plateforme de production au cours du second semestre devrait permettre de réduire les coûts. Parallèlement aux efforts d’amélioration des ventes, ces mesures devraient permettre d’augmenter les marges opérationnelles. Avec un ratio cours/bénéfice de 4 et un rendement du dividende de 6%, l’action peut être considérée comme bon marché.

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content