Cher Monsieur Draghi

©AFP

"L’Echo" a pris sa plus belle plume pour écrire aux grandes personnalités des marchés et leur poser toutes les questions auxquelles on aimerait avoir les réponses. Samedi prochain: Bill Gross.

Cher Monsieur Draghi,

Dans l’hypothèse, que j’espère improbable, où votre programme d’achats d’actifs en cours ne donnerait pas les résultats escomptés, je vous soumets par la présente une idée susceptible de relancer, à coup sûr, la croissance économique de la zone euro.

Vous le savez mieux que quiconque, avant ce programme d’achats d’actifs, la Banque centrale européenne (BCE) avait mis en œuvre des TLTRO (opérations ciblées de refinancement à plus long terme ou "targeted longer-term refinancing operations"). Cela permettait aux banques de se financer auprès de la BCE à des taux d’intérêt très faibles pour quatre ans, à la condition d’utiliser l’argent emprunté pour financer l’économie réelle. En d’autres termes, les banques ont reçu de l’argent quasiment gratuitement à condition de l’utiliser pour octroyer des prêts aux entreprises et des crédits à la consommation aux ménages, ce qui devait stimuler l’économie tout entière.

C’était une très bonne idée, Monsieur Draghi. Mais si elle n’a pas rencontré un succès vraiment incontestable, c’est peut-être parce qu’elle excluait les prêts au logement. Loin de moi l’idée d’étendre les TLTRO à l’ensemble des prêts immobiliers, au risque de provoquer une bulle sur le marché de la brique en encourageant les achats.

Par contre, il serait possible d’alléger les crédits hypothécaires existants pour soutenir l’économie. La BCE pourrait mettre sur pied des MLTRO ("mortgage longer-term refinancing operations" ou opérations ciblées de refinancement à long terme de prêt immobilier). C’est simple: la BCE octroie des prêts à long terme aux banques à un taux très faible, à condition qu’elles utilisent l’argent pour refinancer des prêts hypothécaires existants. Les taux d’intérêt appliqués à ces refinancements devront être conformes aux taux très faibles que les banques auront obtenus à la BCE.

Et voilà une bouffée d’oxygène pour ceux qui se sont endettés pour acheter leur logement. Certes, les taux d’intérêt très bas du marché ont déjà permis un premier round de refinancements hypothécaires. Mais il reste de la marge. Ceux qui avaient un taux de 5% ont pu refinancer leur emprunt à 3%. Pourquoi ne pas descendre à 1% grâce aux MLTRO?

Tous ces propriétaires verraient leur pouvoir d’achat augmenter du jour au lendemain. De quoi soutenir la consommation et l’économie tout entière. Le tout en évitant une bulle immobilière, seuls les anciens contrats de prêts pouvant bénéficier de la mesure. À Francfort, vous cherchez souvent comment assurer une meilleure transmission de la politique monétaire vers les agents économiques. Eh bien, voici une piste à explorer. Je vous la soumets bien volontiers à titre gracieux, vous qui, ces derniers mois, m’avez donné, grâce à votre politique monétaire inédite, assez de travail pour une carrière entière de journaliste.

À ce propos, histoire de compléter mes informations, pourriez-vous répondre aux quelques questions suivantes? Merci d’avance.

Est-ce que ça va mieux avec Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances qui vous avait lancé "Je ne suis pas stupide!" en pleine réunion de l’Eurogroupe il y a trois semaines? Vous aurez noté qu’il a la rancune tenace. Lors du sauvetage financier de Chypre, en 2013, quand il vous affirmait que cette île ne constituait pas un risque systémique, vous lui aviez rétorqué que c’était ce que disaient des juristes, alors que la question du risque systémique devait être appréciée par des économistes. Avouez que c’était un peu sarcastique de votre part, sachant que Schäuble est juriste de formation… En tout cas, bravo, Monsieur Draghi, j’en ris encore, tout juriste que je sois également. Il faut dire qu’il a l’air plutôt psychorigide le Wolfgang, non?

Lors des séances de photos des réunions de la BCE, on vous voit tout le temps sourire. À "L’Echo", nous pensons que le service de communication de la BCE vous force à arborer un sourire de circonstance pour rassurer les investisseurs. Confirmez-vous cette hypothèse?

Comment va votre fils Giacomo? A-t-il fait de bonnes affaires sur le marché des taux récemment?

Bien à vous,

Philippe Galloy

P.S.: Pas la peine de m’inviter à faire un exposé à Jackson Hole sur les MLTRO. Je serai papa d’un petit garçon sous peu et ne serai plus disponible avant la mi-septembre. Je vous laisse volontiers représenter la zone euro à cette réunion des banquiers centraux de la planète. Bon courage.

Retrouvez toutes les lettres dans notre dossier, ou une par une:

- 18/07: Lettre à Warren Buffet

- 24/07: Lettre à Janet Yellen

- 01/08: Lettre à Mario Draghi

- 07/08: Lettre à Bill Gross

- 14/08: Lettre à Georges Soros

[Suivez Philippe Galloy sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect