Lettre à Amélie Derbaudrenghien

©Photo News

Madame la compagne du Premier ministre Charles Michel,

À n’en point douter, j’entame de bien mauvaise façon ce message à votre égard. Vous catégoriser "femme de" risque fort de ne pas vous plaire. À juste titre. Vous êtes Amélie Derbaudrenghien, collaboratrice au cabinet de la ministre du Budget, mère de Jeanne, Tournaisienne d’origine, amatrice de discrétion, etc. Mais c’est précisément vos 24 heures chrono dans la peau d’une Première dame que je voulais louer. Un rôle que vous endossez très rarement. Vous l’aviez fait notamment à l’occasion de l’assemblée générale des Nations unies de 2015 où vous rencontriez le couple Obama. Ce qui est un peu comme aller à Disneyland quand on a 6 ans: un grand moment de jubilation, non? Ces mercredi et jeudi, vous avez dû faire l’hôtesse pour Melania Trump, qui est arrivée sévèrement corsetée dans une robe trench anguleuse annonçant toute la coolitude des heures à venir. Aller à sa rencontre, c’est comme aller chez le dentiste quand on a un abcès: pas le choix et grand moment de crispation, non?

Heureusement, il y a quelques jours, Mme Trump a gagné quelques points de capital sympathie. Dans cette vidéo – jubilatoire, pour le coup – où son Donald Trump de mari veut absolument lui prendre la main, insistant comme un bon lourdaud, elle finit par lui assener une furtive mais ferme claque sur la main pour l’éjecter. Ce geste! Ce geste que des millions de personnes rêvent de faire! Ca a alimenté les bavardages de bureau pendant 24 heures. Mais vous, de quoi donc avez-vous pu converser avec Melania Trump? L’abîme sous vos pieds…

Vous avez dû être ravie aussi du programme réservé jeudi aux conjoints des chefs d’État et de gouvernement. La presse écrit "conjoints", c’est bien gentil, mais ce sont essentiellement des conjointes. On est au XXIe siècle, hein, pas au XXVe. Et le programme pour ces dames est donc très XXIe : visite de l’hôpital des enfants – pour souligner la figure maternelle –; visite de la boutique Delvaux (pas l’atelier, non, la boutique) – femme = shopping, cela va sans dire –; serres royales – fleurs parmi les fleurs –; dîner chez Sa Majesté la Reine – pour le côté conte de fée. Il y a quand même eu un passage par la case culture. Une visite au musée Magritte. Pas de prise de risque dans ce choix, on est dans la valeur sûre et le grand public. Mais un savoureux clin d’œil comme le peuple de Belgique sait en faire: amener la femme du surréalisme de la politique dans l’antre du surréalisme artistique. Écrire "Ceci est un président" sur le front de Donald Trump aurait le même effet que le "Ceci n’est pas une pipe" de "La Trahison des images" de Magritte. Dites, elle n’a pas signé le livre d’or d’un "Hergé is so amazing!", au moins?

Quelle abnégation en votre chef! Pour ces 24 heures, il me semble que vous méritez amplement la Médaille Civique de 1ère classe décernée pour "actes éclatants de courage, de dévouement et d’humanité". Tout y est.

Bien à vous,

Cécile Berthaud

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content