Publicité
interview

"Fermer les frontières belges n'est pas à l'ordre du jour"

©© Thierry Tronnel/Corbis

"Il est impossible d'accueillir plus de 250 réfugiés par jour", affirme Théo Francken, secrétaire d'Etat à l'Asile et la migration au micro de Martin Buxant sur Bel RTL.

Les ministres de l'Intérieur des Vingt-Huit, réunis hier à Bruxelles, ne sont pas parvenus à trouver un accord sur un système de répartition des réfugiés. Pourtant, les chiffres ne cessent de gonfler. On parle désormais de plus de 500.000 migrants observés aux frontières extéerieures de l'Union européenne entre janvier et août.

Tout en reconnaissant l'échec, Théo Franken, se montre plus circonspect: "Je ne suis pas tout à fait pessimiste", affirme-t-il sur les ondes de BelRTL. "Sur le point principal de la répartition des 120.000 réfugiés en Europe, il n'y a pas d'accord. Mais il y a une forte majorité. Seuls 4-5 pays d'Europe de l'Est ne sont pas d'accord".

Il rappelle toutefois l'accord pour davantage d'efficacité pour contrôler le flux à la frontière grecque, "qui est grande ouverte". "La logique de Schengen est que nous n'avons plus de frontières internes, mais il faut toujours préserver les frontières externes".

"Je ne suis pas responsable de l'orde public et de la sécurité en Région bruxelloise"
Théo Francken
Secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration

Interrogé sur une éventuelle fin de l'accord de Schengen, Théo Francken prône surtout une évaluation permanente de la situation. "Il faut faire un monitoring permanent de la situation. Si le flux migratoire devait se concentrer sur notre pays, il faudrait réévaluer notre stratégie. Je ne dis rien d'autre que ce que dit le Premier ministre". Néanmoins, fermer les frontières belges n'est pas à l'ordre du jour, affirme-t-il.

Il se dit dès lors choqué face aux fils barbelés dressés le long de la frontière par les autorités hongroises.

En Belgique, il insiste sur le système de pré-accueil mis en place. "Nous ne pouvons pas aller au-delà de la gestion de 250 personnes par jour. Il s'agit de plus de 1.000 nouvelles places par semaine. Du jamais vu et c'est impossible d'ouvrir davantage de places que 250 par jour. C'est déjà un défi".

A la question: voulez-vous vider la parc bruxellois Maximilien? Il affirme que l'ordre public n'est pas de sa responsabilité. "Le gouvernement a fait un système de pré-accueil en 3 jours. Hier soir 150 personnes ont sollicité ce pré-accueil au WTC. Il existe donc une alternative opérationnelle. Après, tout le monde doit prendre ses responsabilités. Je ne suis pas responsable de l'ordre public et de la sécurité en Région bruxelloise. Je suis bourgmestre de Lubbeek, et à Lubbeek, le bourgmestre est responsable de l'ordre public dans sa commune. Je ne pense pas que ce soit différent à Bruxelles. Mais je ne vais pas dire ce que Yvan Mayeur doit ou ne doit pas faire".

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés