"Mes enfants m'ont glissé des mains"

©AFP

Abdullah Shenu explique le naufrage du bateau qui a coûté la vie à sa famille. Son fils, Aylan, retrouvé mort sur une plage de Bodrum, est aujourd'hui le symbole de la souffrance des migrants.

Il s'appelait Aylan Kurdi. Ce petit garçon syrien de trois ans fuyait les violences de son pays avec son grand frère et ses parents. Il s'est noyé dans la Méditerranée et son corps a été retrouvé sur une plage turque. Sa photo a fait le tour du monde.

©Mediafin

Selon les médias turcs, la famille venait de Kobané, ville syrienne qui a été le théâtre de violents combats entre djihadistes de l'Etat islamique et miliciens kurdes. Ils essayaient de rejoindre l'île grecque de Kos, mais leur voyage s'est arrêté en Turquie, à proximité de la ville balnéaire de Bodrum où ils étaient montés à bord de leur embarcation.

Aylan, 3 ans, Galip, 5 ans et leur mère Rehan, 35 ans, ont péri en Méditerranée après le naufrage de leur bateau. Seul le père de famille, Abdullah, a survécu au naufrage. A moitié conscient, il a été transporté à l'hôpital de Bodrum.

Peu de temps après, le père a confié que ses fils lui avaient "glissé des mains" lorsque l'embarcation qui les conduisait en Grèce a chaviré. "Nous avions des gilets de sauvetage mais le bateau a subitement chaviré parce que des gens se sont levés. Je tenais la main de ma femme. Mais mes enfants m'ont glissé des mains", a raconté Abdullah Shenu à l'agence de presse Dogan.

"Il faisait noir et tout le monde criait. C'est pour ça que ma femme et mes enfants n'ont pas pu entendre ma voix. J'ai essayé de nager jusqu'à la côte grâce aux lumières mais je n'ai pas pu retrouver ma femme et mes enfants une fois à terre."
Abdallah Shenu
Le père d'Aylan

Un rêve d'une vie meilleure

La famille d'Ayan avait décidé de fuir la Syrie pour rejoindre le Canada où vit la soeur d'Abdullah, Teema. "J'ai appris la nouvelle en écoutant les informations à 5h ce matin", a-t-elle déclaré.

Leur demande d'asile avait été refusée en juin dernier, d'après le journal Canada's National Post. "J'ai essayé de payer pour eux. Mes amis et mes voisins m'ont aidée. Mais nous n'avons pas réussi et voilà pourquoi ils sont montés dans ce bateau", explique Teema.

Selon l'édition en ligne du Ottawa Citizen qui cite une proche, le père de cette famille a confié vouloir rentrer à Kobané pour y enterrer sa femme et ses deux enfants.

Aylan Kurdi, the 3 yr old who washed up at Antalya and captured the world's attention, as he should be remembered: pic.twitter.com/PW75JIdHoV— Michael Weiss (@michaeldweiss) 2 Septembre 2015

La tragique histoire d'Aylan n'est qu'un exemple qui a fait le tour du monde de par sa photo. Mais qui a peut-être déclenché des réactions en série pour venir en aide aux migrants.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect