Au moins 133 migrants noyés au large de l'Egypte

©EPA

Le bilan s'alourdit à la suite du naufrage d'un bateau qui transportait près de 450 migrants. De plus en plus de migrants tentent de traverser la mer au départ de l'Egypte, une route pourtant réputée très dangereuse.

Le bilan s'alourdit en Méditerranée, après le naufrage mercredi dernier d'un bateau de pêche qui transportait des centaines de migrants, au large de l'Egypte. 

Aux dernières nouvelles, le bilan provisoire s'élève à au moins 133 morts après la découverte vendredi de nouveaux corps, a indiqué un responsable égyptien.

 Les survivants, pour l'instant au nombre de 163 selon l'armée, affirment que près de 450 personnes en tout se trouvaient à bord de l'embarcation quand elle a chaviré mercredi en Méditerranée, à 12 kilomètres au large de la ville de Rosette, près d'Alexandrie.

D'après l'Organisation internationale pour les migrations, la majorité des survivants sont de nationalité égyptienne, mais des Soudanais et des Érythréens figurent aussi parmi les victimes.

Quatre Egyptiens, passeurs présumés, ont été arrêtés sur des soupçons de "trafic d'être humains" et "homicide involontaire", selon les autorités égyptiennes. Un mandat d'arrêt a été émis contre neuf autres personnes pour les mêmes chefs d'accusation.

En juin dernier, l'agence européenne de contrôle des frontières Frontex s'était inquiétée du nombre grandissant de migrants qui tentaient de rejoindre l'Europe, en général l'Italie ou la Grèce, en entamant une traversée "très dangereuse" à partir de l'Egypte. Ce regain d'intérêt pour la route dite "de Calabre et des Pouilles" est une des conséquence de la fermeture de la "route des Balkans" et de l'accord migratoire passé entre l'Europe et la Turquie en mars dernier.

Depuis le début de l'année, environ 3.500 personnes sont mortes ou portées disparues en Méditerrané, d'après l'ONU. "Avec ce taux, 2016 sera l'année la plus meurtrière pour la mer Méditerranée", indiquait mardi à Genève un porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés, William Spindler.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content