Beke à Francken: "vous devez décider en votre âme et conscience"

©BELGA

Les explications de Theo Francken sur les rapatriements des Soudanais ne convainquent pas le président du CD&V Wouter Beke. "Des explications au parlement qui s'avèrent non conformes à la réalité, c'est un problème. Ce n'est pas pour rien qu'il a dû s'excuser."

A la suite de la révélation de mauvais traitements subis par des Soudanais renvoyés dans leur pays par la Belgique, le Premier ministre avait annoncé la suspension des rapatriements de personnes issues du Soudan dans l'attente des résultats d'une enquête.

"Absurde" pour le secrétaire d'Etat étant donné qu'aucun renvoi n'était prévu. Or, un Soudanais devait bien être reconduit jeudi. Son renvoi a finalement été annulé. Bizarre...

L'explication de Theo Francken: le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration explique que le vol du Soudanais était reporté. Le secrétaire d'Etat souligne qu'il ne s'agit pas d'un rapatriement mais d'une reconduite. "Cela signifie qu'une personne est arrivée à la frontière, par exemple à Brussels Airport, mais ne remplit pas les conditions pour entrer dans le pays. Il ne se trouve donc pas encore sur le territoire belge." La compagnie aérienne doit alors ramener la personne à son point d'embarquement, soit Le Caire dans ce cas-ci. Une décision négative d'asile lui a été notifiée et l'homme a épuisé toutes les voies de recours.

Wouter Beke: "Des explications au parlement qui s'avèrent non conformes à la réalité, c'est un problème. Ce n'est pas pour rien qu'il a dû s'excuser." ©Photo News

Wouter Beke, président du CD&V, n'est pas satisfait de ces explications. Pour lui, c'est au secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, Theo Francken (N-VA), de décider s'il peut continuer à assumer ses fonctions. "Si le parlement a le sentiment que ce que vous êtes venu lui expliquer était de la communication plutôt qu'autre chose, alors vous devez décider en votre âme et conscience si vous pouvez continuer ou non", a-t-il déclaré sur Radio 1.

 "Un certain nombre de choses se sont produites qui ont rarement été vues", a réagi Wouter Beke vendredi. "Des explications au parlement qui s'avèrent non conformes à la réalité, c'est un problème. Ce n'est pas pour rien qu'il a dû s'excuser."

"Je sais que Jo Vandeurzen et Yves Leterme avaient par le passé démissionné car le parlement avait eu l'impression qu'ils n'avaient pas dit la vérité. Ils l'ont fait en fonction de leur déontologie personnelle, car la crédibilité est la chose la plus précieuse en politique", a poursuivi le président du CD&V. La déontologie varie selon les individus, a-t-il conclu.

©Photo News

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content