Publicité
Publicité

L'Allemagne réintroduit le contrôle aux frontières: ça change quoi?

©REUTERS

Au bord de la saturation, Berlin a annoncé la réintroduction "provisoire" de contrôles à ses frontières, suspendant de facto la libre circulation prévue dans l'espace Schengen européen et marquant une nouvelle aggravation de la crise migratoire sur le continent... Cette décision a été prise alors que doit se tenir ce lundi une réunion à Bruxelles des ministres de l'Intérieur des 28 consacrée aux quotas de répartitions des réfugiés au sein de l'UE.

Face à un afflux de dizaines de milliers de réfugiés auquel elle affirme ne plus pouvoir faire face, l'Allemagne a décidé dimanche soir de réintroduire des contrôles à ses frontières, à commencer par celle qu'elle partage avec l'Autriche, suspendant du même coup l'espace européen Schengen de libre circulation entre pays.

Au bord de la saturation, Berlin a annoncé la réintroduction "provisoire" de contrôles à ses frontières, suspendant de facto la libre circulation prévue dans l'espace Schengen européen et marquant une nouvelle aggravation de la crise migratoire sur le continent... Cette décision a été prise alors que doit se tenir ce lundi une réunion à Bruxelles des ministres de l'Intérieur des 28 consacrée aux quotas de répartitions des réfugiés au sein de l'UE.    

D'ici peu des dizaines de milliers de personnes, qui ne peuvent pas prendre la direction de l'Allemagne, vont se retrouver bloquées en Autriche, d'après le ministre autrichien des Affaires étrangères, Kurz. Rien que dimanche, 15.000 réfugiés sont entrés sur le territoire autrichien à Nickelsdorf sur la frontière hongroise, rapportent les services de police. Quelque 5.000 migrants supplémentaires devraient encore arriver dans le pays cette nuit. L'Autriche ne peut pas faire face seule à cet afflux, a insisté le ministre des Affaires étrangères.

 

• Qu'est-ce que ça change?

Le rétablissement des contrôles ne signifie pas que l'Allemagne ferme ses frontières aux demandeurs d'asile et à ceux réclamant le statut de réfugiés.
La réintroduction des contrôles est motivée avant tout par des raisons de sécurité, pour que les autorités sachent sur "chaque personne qui vient, qui elle est et son profil".

→  Concrètement, toute personne étrangère demandant l'asile ou le statut de réfugié en Allemagne sera prise en charge, enregistré et installé dans un foyer de premier accueil comme c'était le cas avant le rétablissement des contrôles aux frontières.

 

 

• Est-ce légal?

La décision de Berlin de réintroduire provisoirement des contrôles à ses frontières pour faire face à l'afflux de migrants est compatible avec l'accord de Schengen mais "souligne l'urgence" de parvenir à un plan européen de répartition des nouveaux arrivants, a réagi dimanche la Commission européenne.

Les pays membres doivent "se mettre d'accord sur les mesures proposées par la Commission européenne" en vue d'une répartition par quotas, a estimé la Commission dans un communiqué, à la veille d'une réunion extraordinaire à Bruxelles des ministres de l'Intérieur de l'UE.

Dans son discours sur l'état de l'UE, mercredi à Bruxelles, le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, avait exhorté les Etats membres à se répartir d'urgence l'accueil de 160.000 réfugiés.

La Commission rappelle qu'aux termes de l'accord de Schengen, qui a instauré la libre circulation chère à l'UE, la réintroduction temporaire de contrôles frontaliers entre les Etats membres est "une possibilité exceptionnelle explicitement prévue et régulée" en cas de situation de crise.

Ces contrôles, exceptionnels et temporaires, doivent être justifiés par une "menace grave pour la sécurité" ou des "défaillances graves aux frontières extérieures, susceptibles de mettre en danger le fonctionnement global de l'espace Schengen", selon un document de la Commission européenne.

Le président Juncker a exclu à plusieurs reprises d'abolir sous son mandat l'espace Schengen, à ses yeux symbole de l'intégration européenne.

La République tchèque a également décidé dimanche de renforcer les contrôles à sa frontière avec l'Autriche, à la suite de la décision de l'Allemagne de réintroduire des contrôles frontaliers, selon le ministre tchèque de l'Intérieur.


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés