L'UE n'a relocalisé que 3% des 160.000 réfugiés

©BELGA

La procédure d'engagement est beaucoup trop lente et difficile pour les réfugiés en attente en Italie et en Grèce, constate le HCR.

L'Union européenne est très en retard dans l'état d'avancement de son plan visant à répartir 160.000 demandeurs d'asile sur son territoire, selon le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) des Nations Unies. Un an après l'adoption de ce plan, seules 4.776 personnes ont été relocalisées à partir des principales portes d'entrée européennes, la Grèce et l'Italie, soit 3% de l'objectif.

Jusqu'à présent, les pays membres de l'UE, ainsi que la Suisse et le Liechtenstein, se sont "engagés" à prendre en charge 8.676 demandeurs d'asile qui ont débarqué en Grèce et 2.809 qui sont arrivés en Italie.

"Le nombre d'engagements continue d'être nettement insuffisant et la mise en œuvre incroyablement lente et difficile", selon un porte-parole du HCR. La relocalisation pourrait être un outil-clé pour la prévention de la migration irrégulière du sud de l'Europe vers le reste du continent, et pour lutter contre les passeurs, a estimé le HCR à Genève.

"Ceci est particulièrement vital compte tenu de la situation humanitaire en Grèce et du nombre croissant de personnes séjournant en Italie en vue d'obtenir l'asile", a ajouté le porte-parole.

Les demandes d'asile sont passées à 72.470 à cette période de l'année en Italie, soit une augmentation de 53% par rapport à la même période de l'année en 2015.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content