La Hongrie veut un référendum sur l'accueil des migrants

©REUTERS

Le Premier ministre hongrois veut que son peuple se positionne sur la question du plan européen de relocalisation des réfugiés entre pays membres de l'UE. Lui, tout comme son gouvernement, y sont clairement opposé.

En décidant d'organiser un référendum sur les quotas de migrants à accueillir imposés par l'Union européenne à ses Etats membres, le gouvernement hongrois franchit un pas de plus dans son entêtement à louvoyer autour des accords européens. Pour le Premier ministre Viktor Orban, la question est clairement identitaire. Le chef du gouvernement hongrois estime que "l'imposition de ces quotas ne peut que bouleverser les équilibres ethniques, culturels et religieux de l'Europe."

©EPA

"Le gouvernement, aujourd'hui, ne fait que répondre au sentiment de la population: nous pensons qu'introduire des quotas d'installation de migrants sans l'aval du peuple est tout simplement un abus de pouvoir", a déclaré Viktor Orban lors d'une conférence de presse.

Confiant dans la réponse que le peuple hongrois va apporter, Viktor Orban n'a toutefois pas envisagé de remettre son tablier dans le cas d'un vote contraire à la politique menée par son équipe. 

"Le gouvernement, aujourd'hui, ne fait que répondre au sentiment de la population: nous pensons qu'introduire des quotas d'installation de migrants sans l'aval du peuple est tout simplement un abus de pouvoir."
Viktor Orban
Chef du gouvernement hongrois

La question posée aux électeurs hongrois devrait être la suivante: "Voulez-vous que l'Union européenne décrète une relocation obligatoire de citoyens non-hongrois en Hongrie sans l'approbation du parlement hongrois", a détaillé le Premier ministre Orban.

Le dirigeant à la réthorique anti-réfugiés très prononcée estime qu'il n'est pas possible "de prendre dans le dos des peuples, contre la volonté des peuples, des décisions qui changent leurs vies et celles des générations futures".

2.300
Le plan européen prévoit d'attribuer à la Hongrie l'accueil de 2.300 réfugiés.

Aucune date n'a encore été précisée pour l’organisation de ce référendum mais le projet de scrutin a été déposé ce mercredi à la Commission nationale des élections.Le gouvernement conservateur de Viktor Orban avait déjà porté plainte en décembre devant la justice européenne contre les quotas de relocalisation adoptés en septembre 2015 par l'UE.

©EPA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés