Migrants: la N-VA s'en prend aux allocations

©REUTERS

La N-VA propose de n'octroyer que seulement après 4 ans des allocations familiales complètes aux demandeurs d'asile. Et aussi, le ministre Jan Jambon lance des contrôles ciblés visant à appréhender les trafiquants et enregistrer l'ensemble des réfugiés présents en Belgique.

Si cela ne dépendait que de la N-VA, les allocations familiales ne seraient versées totalement qu'après un séjour légal d'au moins quatre ans en Belgique. "La vague de réfugiés est un fait et ce cette manière, nous voulons garantir la sécurité sociale pour tous les Belges", explique la députée Sarah Smeyers, dans De Morgen et Het Laatste Nieuws.

Cette proposition de loi qui sera déposée par la députée indique que la totalité des allocations sociales serait octroyée après un séjour légal de quatre ans au moins en Belgique durant les 10 dernières années.

Concrètement, la N-VA propose d'octroyer 25% du montant des allocations familiales après un an. Après deux ans, la moitié du montant serait octroyée, puis 75% après trois ans et 100% après quatre ans.

Réaction:

  •  Le réseau flamand de lutte contre la pauvreté, Netwerk Tegen Armoede, rejette cette proposition de loi qui sera déposée par Sarah Smeyers: "Les allocations familiales sont un droit inconditionnel pour chaque enfant et c'est un outil important contre la pauvreté infantile", estime Frederic Vanhauwaert, coordinateur de Netwerk Tegen Armoede.
  • La Ligue des Familles "s'oppose fermement" à la proposition de la N-VA. "Une telle décision, qu'elle concerne les allocations familiales ou d'autres types, reviendrait en effet à créer un sous-statut pour les demandeurs d'asile -car c'est de cela qu'il s'agit ici-, ce qui ne peut être envisageable", affirme Delphine Chabert, sa secrétaire politique.

 

Kris Peeters: "les réfugiés ne représentent pas le moindre problème pour notre sécurité sociale". (via @wimvandevelden)— Martin Buxant (@Le_Bux) 21 Septembre 2015

 

 

Par ailleurs, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon débute des actions policières ciblées contre les trafiquants d'êtres humains. Il l'a annoncé ce dimanche dans l'émission De Zevende Dag sur la VRT. Il a également annoncé que ces actions viseraient l'enregistrement de l'ensemble des réfugiés présents sur le territoire belge. Les actions auront non seulement lieu aux frontières mais également sur les routes régulièrement empruntées par les trafiquants, les aéroports, les lignes ferroviaires telles que celles où circule le Thalys. Jan Jambon a répété par ailleurs que si des communes refusaient d'accueillir des réfugiés sur base volontaire, il y aurait un plan de répartition obligatoire.


Le vice-premier ministre N-VA a assuré que ce faisant la Belgique respectait la Convention de Schengen. Elle n'entend pas reprendre les contrôles systématiques aux frontières. Il y aura cependant des contrôles ciblés visant à appréhender les trafiquants et enregistrer l'ensemble des réfugiés présents en Belgique, avec l'appui de l'Office des étrangers qui prendra en charge les non enregistrés. Dans certains cas, des réfugiés peuvent ne pas souhaiter s'enregistrer en Belgique car ils ambitionnent de rejoindre un autre pays européen.

•  Ces actions nécessiteront le déploiement de forces policières supplémentaires.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés