epinglé

Theo Francken et le sondage nauséabond

©Photo News

Cela aurait pu être sympa, les premiers pas du secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration dans la conception d'un sondage Facebook. Mais au final, non. Pas du tout. Le contenu, en substance: qui, parmi les habitants du Moyen-Orient, faut-il sauver?

Il est tout fier de l’annoncer, sur son compte Facebook, notre secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration. La Belgique a déjà permis de sauvetage de 600 chrétiens syriens. C’est pile dans ses compétences. Qu’il juge bon d’en faire la publicité sur le réseau social, c’est son droit. De plus en plus d’hommes et femmes politiques se servent (aussi) de ce canal pour faire savoir ce qu’ils font (de préférence de bien) pour leurs concitoyens. Facebook, Twitter... Tiens, à quand des photos sur Instagram ?

Mais Theo Francken ne s’arrête pas là. Trop simple. A la N-VA, chez les "jeunes" élus surtout, on aime être innovant. Se démarquer. C’est donc ce que Francken a fait. Tout fier (aussi) d’annoncer qu’il fait son "premier" sondage sur Facebook. Et hop, là, ça dérape… La question posée est choquante. En gros, qui, parmi les habitants du Moyen-Orient, faut-il sauver?

Bref, pour les minorités religieuses non musulmanes tapez 1; pour sauver tout le monde des griffes de l’Etat islamique, tapez 2 (euh... n’est-ce pas l’évidence quand on est démocrate?). Tapez 3 pour ne plus faire d'effort pour sauver les minorités; pour ne plus faire aucune opération de sauvetage (oui, il ose…), tapez 4.

Et voilà, c’est simple. Aucune valeur scientifique pour ce sondage évidemment. Ne résistons pourtant pas à donner l’avis des "amis" de Francken (ça donne aussi une petite idée de ce qu’il y a dans la tête de ses électeurs…): une large majorité (plus de 900 votes) pense que c’est une bonne chose de sauver les non-musulmans (uniquement…). Un tiers (un peu plus de 300 votes) juge qu’il ne faut pas tenir compte de la religion quand on fait une opération de sauvetage. Mais ils sont aussi 244 à penser que, disons-le cash, "laissons-les tous crever".

Autant dire que depuis la sortie, ce week-end, de ce sondage à la sauce Francken, la twittosphère ne décolère pas. Et attend avec impatience le recadrage (un de plus) de Charles Michel.

 

 

Une fois de plus, Francken se lâche. Mais pas stupidement. C’est là toute la subtilité du "sérail-provoc" N-VA. Tout aussi déplacée que soit son initiative (comme beaucoup d’autres avant), elle ne remet aucun accord passé au sein du gouvernement en cause, elle ne conduit à aucune faute politique, pas d’erreurs de chiffres, pas de malversations au sein de son cabinet, pas d’emplois fictifs, rien.

"Allez-y, tapez-moi sur les doigts. Mais je n’ai rien fait qui justifie de m’éjecter de la Suédoise… Bart vous l’expliquera…" Theo prend juste des positions idéologiques extrêmes (droite). Et là, trop tard pour agir. C‘était avant de composer le gouvernement qu’il fallait réfléchir…

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content