Un péage à Bruxelles rapporterait 325 millions d'euros par an

©BELGA

Le bureau d’études Stratec a estimé l’impact économique de la fermeture du tunnel Léopold II à 100 millions par an. Un péage pourrait, lui, rapporter 325 millions par an.

À l’heure où la piste d’une fermeture définitive du tunnel Léopold II est évoquée, Hugues Duchateau, président de Stratec, un bureau d’études spécialisé sur les questions de mobilité, a sorti sa calculatrice pour déterminer l’impact qu’une telle décision pourrait avoir sur l’économie. Il a estimé le coût total à 100 millions par an. C’est le poids économique de ce tunnel de 2,534 kilomètres de long, qui est traversé chaque jour par plus de 65.000 voitures.

100 millions €
La fermeture du tunnel Léopold II coûterait 100 millions d'euros par an, selon Stratec.

Comment le président de Stratec est-il parvenu à une telle somme? Il s’est basé sur la norme prescrite par le ministère des Transports français pour calculer les avantages et les inconvénients d’une intervention sur le réseau routier. Cette norme datant de 2012 détermine que le coût économique pour une voiture dont le trajet est de 25 km est de 19 euros par heure. "Cette distance parcourue est très comparable à la situation des automobilistes qui se rendent à la capitale", affirme Hugues Duchateau. D’après son estimation, une voiture contient en moyenne 1,2 passager.

Pour les camions, la norme française est fixée à 40 euros par heure. "Il n’y a pas de camions qui passent par le tunnel Léopold II mais il faut tenir compte du fait que sa fermeture va engendrer un report de trafic sur toute l’aire métropolitaine de Bruxelles, y compris le ring et les autoroutes d’accès au ring, où les camions circulent", explique le spécialiste. Au total, près de 25.000 heures seraient perdues en une journée si le tunnel disparaissait. Soit, un total de près de 500.000 euros par jour. Précisons que cette estimation ne tient pas compte d’éventuelles alternatives de mobilité qui pourraient être mise en place en cas de fermeture.

17.500 heures perdues

De plus, il faut aussi imaginer qu’au bout de quelques jours ou de quelques semaines, les automobilistes adapteront leurs comportements: en changeant d’horaire, ou de destination, en pratiquant du covoiturage, en pratiquant du télétravail ou encore en optant pour un autre mode de transport.

Fermer le tunnel Léopold II coûterait 100 millions par an à l'économie belge

Hugues Duchateau applique un coefficient de réduction qui tient compte de l’effet de ces adaptations de comportement sur le trafic routier. Ce coefficient de réduction annuel est estimé à environ 70%. Cela donne un total de 17.500 heures perdues par journée. Pour un an de fermeture, la facture s’élèverait donc au total à près de 100 millions. À cela, il faut aussi ajouter l’impact économique sur les commerces. Mais Hugues Duchateau ne dispose pas d’estimation à ce niveau. Il assure cependant qu’une fermeture du tunnel aura des conséquences sur les commerces du centre-ville. "Si on ferme, les gens qui avaient l’habitude de faire leurs courses à la rue Neuve vont peut-être préférer aller les faire à Malines, où c’est plus facile d’accès", donne-t-il comme exemple.

Une rénovation rentable

La rénovation du tunnel est, elle, estimée à 200 millions. En comptant les mesures d’accompagnement et l’entretien pendant le chantier, dont la durée est estimée à 3 ans minimum (certains évoquent plutôt 4 voire 5 ans dans le cas d’un chantier réalisé pendant les vacances scolaires et la nuit), la facture totale s’élève à 225 millions. "En deux ans, c’est remboursé grâce à l’apport économique du tunnel", analyse Hugues Duchateau. "C’est hyperrentable", insiste-t-il. Pour lui, fermer définitivement le tunnel serait une très mauvaise idée, étant donné son poids économique.

325 millions €
Un péage urbain de 3 euros par jour demandé à chaque automobiliste qui circule dans le centre de la capitale entre 6 heures et 10 heures du matin en semaine pourrait rapporter 325 millions d’euros.

Une meilleure idée serait d’instaurer un péage de zone dans la capitale. Il ressort sa calculatrice. "Un péage de 3 euros par jour demandé à chaque automobiliste qui circule dans le centre de la capitale entre 6 heures et 10 heures du matin en semaine rapporterait environ 325 millions d’euros par an. Dans ce cas, les rénovations du tunnel seraient encore plus vite remboursées", explique-t-il.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content