Ageas, candidat pour financer les tunnels bruxellois

©Photo News

Bart De Smet, le patron de l'assureur regrette qu'il y ait si peu de partenariats public-privé pour le financement des routes et des tunnels en Belgique. "Si les autorités bruxelloises viennent à nous, alors nous allons certainement les écouter."

Les investissements en infrastructures sont de plus en plus importants dans le portefeuille d'Ageas . Ils permettent d'augmenter le rendement d'un portefeuille dont les actifs sont principalement composés de dettes à revenu fixe. A titre d'exemple, la compagnie d'assurances est déjà active dans le programme "école de demain", un partenariat public-privé avec le gouvernement flamand qui a pour ambition de construire ou de rénover 165 bâtiments d'ici 2019.

Les tunnels sont-ils dès lors un projet intéressant pour Ageas? "Je ne pense pas que nous ayons déjà reçu ce type de demande", explique Bart De Smet, CEO d'Ageas dans une interview à paraître ce week-end dans les colonnes du journal De Tijd. "Mais, j'envisage de les susciter. Dans mes entretiens avec les politiques, je l'ai souvent dit, nous sommes à la recherche d'investissements à long terme qui offrent un meilleur rendement qu'une obligation d'Etat. L'investissement dans l'infrastructure routière est l'un d'entre eux."

"Tout le monde y gagne"

©Dieter Telemans

Selon Bart De Smet (photo), une telle collaboration est l'exemple parfait d'un partenariat win-win. "Les autorités publiques cherchent des moyens pour améliorer leurs infrastructures. Et si nous parvenons à améliorer l'état des routes et des tunnels, cela fera moins d'indemnisations pour nous. Après une hiver rude, on voit souvent les dossiers liés aux assurances-auto bondir de 20 à 30% à cause du mauvais état de nos routes", précise encore le patron d'Ageas. "Moins de dommages, donc des primes d'assurance plus basses. Tout le monde s'y retrouve: les autorités, nous et le client."

Ageas est aussi actif dans d'autre projets d'infrastructure comme la construction de logements sociaux ou celle de la prison de Haren. "Mais il y a encore plein de choses à faire en la matière." Selon Bart De Smet, la Belgique est à la traîne par rapport à ses voisins européens. L'homme fort d'Ageas garde donc sa porte grande ouverte si l'exécutif bruxellois est en quête de solutions financières pour la rénovation des tunnels de la capitale.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés